Un soir en décembre - Delphine de Vigan

-->
L’année passée, lorsque est paru Rien ne s’oppose à la nuit, j’avais entendu une interview de Delphine de Vigan sur la RTS (radio télévision suisse). J’avais beaucoup aimé ce qu’elle disait, sa voix, la façon dont elle parlait de son livre. J’étais donc très motivé à la lire mais je ne voulais pas commencer par Rien…, d’une part parce que c’est un roman très personnel pour elle, et aussi parce qu’il est plutôt long. Aussi, un samedi de mai dernier, alors que je cherchais un livre à acheter chez ma libraire et que j’ai vu Un soir de décembre (paru en 2005), je n’ai pas hésité (d'autant que la couverture me plaisait beaucoup).

Et je suis très heureuse de dire que j’ai beaucoup aimé !

Voici de quoi il s’agit :
Mathieu, quarante-cinq ans, marié, deux enfants, publicitaire, publie un premier roman qui remporte un grand succès critique et public. Parmi les lettres d’admirateurs, il trouve celle de Sara, un ancien amour rencontré dix ans plus tôt, quelques mois avant son mariage. Une passion dévorante mais d’avance limitée dans le temps (par le mariage). Une première lettre qui plonge Mathieu dans profond trouble : il se replie sur lui, ne pense plus qu’à retranscrire cette ancienne histoire dans son prochain livre, s’éloigne de plus en plus de sa famille, est à la limite de la dépression. Il essaie de faire enfin le deuil de cette histoire, pense qu’il arrivera à continuer sa vie en parallèle à celle de Sara qui habite non loin de chez lui, mais n’arrive pas à sortir de son marasme, de sa torpeur.

Sara, elle, nous livre aussi ses sentiments, la façon dont elle a vécu leur histoire puis les dix années qui ont suivi. Elle aussi n’arrive pas à oublier Mathieu.

J’ai lu plusieurs critiques sur Internet qui reprochait au roman une certaine "banalité" et la fin. Personnellement, je l’ai beaucoup aimé. Oui, la fin est ouverte et positive ; et alors ?! L’écriture est très belle, simple, émouvante.

Bref, une auteur que je relirai.

« C’est l’histoire d’une femme qui traîne dans les bars à la recherche d’un homme qu’elle a perdu trop tôt. Ce n’est pas tout à fait lui qu’elle cherche, plutôt le souvenir de lui, le souvenir d’avant lui.
C’est l’histoire d’une femme qui écrit à un homme qui écrit, une femme sans contours, venue de nulle part, qu’il a peut-être oubliée, qui peu à peu se dessine, refait surface, cherche de l’air. Un air plus doux, apaisé. » (p. 96)


Delphine de Vigan est née à Paris en 1966. Elle a publié sept romans qui ont reçu de nombreux prix.

(éd. Points, poche, 2007)
(photo auteur : site Internet Le Point)

Commentaires

Dans ma PAL lui aussi... Mais il y en a tant d'autres... Je me sens un peu submergée en ce moment par cette PAL, c'est pour ça que j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes comme on dit et de vraiment m'y attaquer sérieuresement !!
lewerentz a dit…
Bonjour L'Or,
Ma PAL ne dépasse généralement pas cinq à six livres, mais en ce moment, elle approche dangereusement de la dizaine donc j'ai décidé de faire comme toi et m'y attaquer ! Bonnes lectures et merci de ton passage.