The stranger diaries - Elly Griffiths


Clare Cassidy est prof d'anglais à Talgarth High, un collège de la campagne anglaise. Elle y donne également des cours d'écriture créative pour adultes. A côté de cela, elle travaille sur une biographie de R. M. Holland, un écrivain victorien principalement connu pour une novella gothique, The stranger. Talgarth High est d'ailleurs l'ancienne maison de l'auteur et son bureau, dans les combles, a été conservé quasiment tel quel depuis son décès.

Clare est divorcé de Simon, avocat qui a refait sa vie, et vit toujours à Londres. Georgia, leur fille de quinze ans vit avec elle, est élève à Talgarth, et prend en secret de sa mère des cours d'écriture créative dans un autre collège, auprès d'une prof assez versé dans l'ésotérisme. Celle-ci se décrit d'ailleurs comme une sorcière blanche et semble avoir une certaine influence sur ces quatre jeunes élèves (amis de Georgia).

Peu avant Noël, le corps d'Ella, une collègue et amie de Clare, est retrouvé sans vie chez elle. L'enquête, menée par l'inspectrice Harbinder Kaur, conclue rapidement à un meurtre. Passé le choc, le personnel enseignant mais aussi certains élèves se retrouvent sur la sellette, et particulièrement Clare dont Kaur pense qu'elle cache quelque chose - sans toutefois n'avoir aucune preuve. Et les choses s'embrument encore lorsque Clare découvre que quelqu'un a écrit dans son journal et que les citations proviennent de la novella de Holland.

D'Elly Griffith, j'avais lu Le secret des orphelins, un roman policier assez classique mais avec un personnage principal (l'archéologue Ruth Galloway) très attachant. J'ignore si ce nouveau roman est le premier d'une nouvelle série mais j'ai beaucoup aimé le personnage de Kaur, une émigrée indienne, lesbienne, qui, a trente ans passé, vit toujours avec ses parents.

La narration est découpée autour des trois personnages féminins principaux (Clare, Harbinder et Georgia) qui prennent tour à tour la parole. S'y ajoute des extraits de la novella de Holland. J'ai bien aimé ce procédé mais l'intrigue en elle-même manque de tension. C'est dommage.

(Quercus Publishing, 384 pp., 2018)

Commentaires

niki a dit…
je l'ai aussi noté pour une prochaine lecture - cela semble pas mal effectivement
maggie a dit…
La couverture est magnifique ! Dommage que tu ne sois pas plus enthousiaste... J'en ai plein de romans policiers, je vais passer...
Cecile a dit…
Quand j'ai lu votre avis, je me suis dit que c'était bizarre que Niki ne l'ai pas encore lu mais je vois que c'est prévu :)

Articles les plus consultés