Mistletoe and murder - Robin Stevens

source : amazon.co.uk

A la recherche d'un "cosy Christmas murder" pour les vacances, je suis tombée sur ce titre lors d'une recherche sur Goodreads. Il s'agit du cinquième volume de la série "A murder most unladylike mystery" qui met en scène deux amies de quinze ans, Daisy Wells et Hazel Wong. Même sans commencer par le premier tome - je voulais la période de Noël ! -, je m'y suis facilement retrouvée dans les liens entre les personnages, leurs vécus. D'autant qu'il y a une liste des protagonistes et des cartes des lieux - un charme en plus pour le livre.

Années 30. Les deux amies sont dans le même internat. Daisy est issue d'une bonne famille, elle est décrite comme grande, jolie fille, vive et intrépide, voire parfois inconsciente du danger. Hazel est d'origine chinoise et a été envoyée en Angleterre pour ses études par sa famille qui vit à Hong Kong (alors colonie britannique). Plus posée et prudente, plus dans la réflexion que l'action. Décrite comme petite (ce dont elle se désespère), elle ne se trouve pas particulièrement jolie - du moins se considère encore comme une "fillette" alors que Daisy est déjà plus "jeune fille". Hazel est aussi celle qui raconte leurs aventures.

A l'approche de Noël, les deux filles se rendent pour quelques jours de vacances à Cambridge où Bertie, le frère aîné de Daisy y étudie l'histoire depuis peu. Elles logent chez la grande-tante Eustacia, professeur de mathématiques à St. Lucy, un des collèges réservés aux filles. A peine arrivées, elles flairent un mystère : la tension évidente entre les jumeaux Donald et "Chummy" (Charles) Melling; Donald étant l'aîné, c'est lui qui héritera prochainement de la fortune familiale. Pourtant, c'est son frère qui "le régente". Et puis, pourquoi Donald a-t-il été plusieurs fois récemment victime "d'accidents"; est-il vraiment si maladroit que ses amis le prétendent ? Décidées à découvrir ce qui se cachent là-derrière, les deux filles décident d'enquêter. Mais nous sommes dans les années 30 et les différences hommes/femmes sont encore fortes, notamment dans l'accès aux différents collèges. Elles font donc équipe avec les "Junior Pinkertons" un autre club de détectives de leur âge, formé d'Alexander, un jeune Américain, et George, un Indien qui, tout comme Hazel, a été envoyé dans un internat anglais.
source: wikimedia
L'intrigue est assez intéressante mais j'avoue que ce qui m'a surtout plu, ce sont les thèmes que Robin Stevens pose grâce à l'époque de ses intrigues : différences hommes/femmes, accès aux études (à l'époque, les femmes pouvaient étudier à Cambridge mais sans la possibilité d'obtenir un diplôme), racisme et "immigration", conventions sociales.
Robin Stevens en visite à Moreton Hall, Angleterre / source: moretonhallprep.org
Robin Stevens est Américaine mais a grandi à Oxford. Lectrice d'Agatha Christie et de Colin Dexter (entre autres) depuis l'adolescence, elle obtenu un master universitaire sur la littérature policière.

(éd. Penguin, Puffin books, 343 pp., 2016)

Commentaires

Tania a dit…
Les thèmes sont intéressants, en effet. L'Angleterre est aussi le cadre de ce que je lis en ce moment.
maggie a dit…
Et noel dans tout ça ? Je n'aime pas trop les polars qui se passent à noël, car il y a toujours une morale (je pense au perry notamment...ou ceux d'A. Christie, ceux qui se passent à Noel ne sont pas les meilleurs.... Je comprends pour ta conclusion ! souvent je lis des polars pour l'arrière plan historique et social...
Karine a dit…
J'aime généralement ce genre d'ambiance... mais bon, comme je suis psychorigide, je n'aurais pas pu commencer au tome 5... silly me!
niki a dit…
j'ai ajouté cette série à ma LAL, qui commence fort en cette nouvelle année, mais je pense aussi que ces thèmes pourraient me plaire :)
(mais pas pour tout de suite, il faut d'abord que je termine les livres entamés l'an dernier
Unknown a dit…
Je pense aussi que ça pourrait me plaire. A voir si l'anglais est abordable.
Manu