Orpheline - Claire Genoux

Je lis assez peu de poésie. Trop peu, en fait, car j'aime beaucoup.

Et je trouve que c'est encore plus difficile d'en parler que de la prose; la subjectivité étant encore plus forte. Alors, le meilleur moyen n'est-il pas tout simplement des extraits ?

Au jardin

Cette chose qui était entrée en toi
qui devenait toi
et montait
s'appuyait comme un aboiement de bête
qui allait séparer nos corps physiques
pouvais-tu la connaître
- et quelle heure était-ce
ce jour-là où nous étions assises
quant tu as dit
rentrons

 Moments d'orage

J'ai quitté la maison
il ne reste rien
les choses les objes sont partis
elle était si encombrée d'images
comme un grand corps trouvé
elle avalait les arbres

le jardin est vide
lâché dans le vent d'hiver
ce sera tout le temps à vif
le langage de la maison
comment elle continuera de parler
avec une voix qui s'emballe
dans les moments d’orage  

Dans ce recueil, Claire Genoux écrit la maladie de sa mère; les derniers mois (moins d'une année) de sa vie. Un très bel hommage, fort et pudique.

Voici un lien très intéressant où Claire Genoux parle de son recueil. 

source: litterature-romande.net
Claire Genoux (née en 1971 à Lausanne) a étudié les lettres à Lausanne et enseigne le français à des adultes. Elle est également chargée de cours à l'Institut littéraire suisse de Bienne. Outre de la poésie, elle a aussi publié un roman et des nouvelles.

(éd. Bernard Campiche, 2016)

Commentaires

niki a dit…
de bien jolis mots en effet - je suis d'accord avec toi, il est fort difficile de parler de poésie
Bonheur du Jour a dit…
J'ai suivi le lien : très très beau, en effet. Merci.
Lewerentz S a dit…
Merci de votre passage, Bonheur. Je vous encourage à lire ce recueil qui en vaut vraiment la peine.