Révélée - Renée Knight

Catherine, réalisatrice de documentaires (dont un sur la pédophilie qui a été bien accueilli), ne dort plus depuis qu'elle a commencé la lecture de "Le parfait inconnu", un roman qu'elle a reçu elle ne sait plus trop comment. Car ce qu'elle y lit, c'est sa propre histoire, une partie de sa vie, survenue vingt ans plus tôt, qu'elle a préféré escamoté à son mari Robert et son fils Nicholas. Comment le mystérieux auteur de ce texte peut-il connaître ce qu'aucune personne vivante n'est censée savoir ?
source: 10-18.fr
Le livre utilise le procédé classique d'alternance de chapitres : à la troisième personne pour Catherine, et à la première personne pour la famille Brigstocke dont on comprend rapidement que le père a publié le texte de son épouse décédée, l'auteur du roman. Renée Knight prend son temps pour révéler au lecteur les secrets, et lui réserve encore une dernière pirouette à la fin.

"Alors, tu as aimé ? demande-t-elle (à son fils Nicholas qui a lu le roman)
- Ouais, beaucoup. Mais je te dirai pas la fin."
Elle attend. "C'est bon, je le terminerai sûrement pas."
- Allez, à la prochaine. Je t'appelle dans la semaine." Il se dirige vers la porte d'entrée, Robert sur ses talons. Elle leur emboîte le pas.
"Alors, comment ça se termine ?" Elle est désespérée. "Je ne le finirai sans doute pas", répète-t-elle. Il ouvre la porte et se retourne.
"Elle meurt. Une fin affreuse. Mais bon, c'est mérité." Puis il serre son père dans ses bras et, avec un sourire, agite les doigts pour saluer sa mère.

Un roman plutôt habile, auquel j'ai rapidement accroché, avec des personnages crédibles, bien travaillés. Sans être le thriller du siècle, je l'ai trouvé réussi.
source: telegraph.co.uk
Renée Knight est réalisatrice et productrice de documentaires. Révélée est son premier roman.

(éd. 10-18, traduit par Séverine Quelet, 351 pp., 2016)

Commentaires

Dominique a dit…
pourquoi pas ? encore que ce n'est absolument pas raisonnable vu le rayon plein qui m'attend déjà