Un coeur en silence - Blanca Busquets

J'ai beaucoup aimé ce livre, et pourtant, je ne sais pas quoi vous en dire; je n'arrive pas à rassembler mes idées en quelque chose de cohérent pour vous inciter à le lire. Normalement, lorsque cela m'arrive, je ne chronique tout simplement pas le roman et me contente d'ajouter ses références à ma liste de livres lus.

Pourtant, je tiens absolument à vous en parler, ne serait-ce que brièvement et pauvrement, car il m'a vraiment plu, même si j'ai eu un poil de mal à rentrer dedans, à m'intéresser vraiment à l'histoire. Pour tout dire, j'ai même eu peur d'être déçue, car j'avais repéré ce roman sur le site de l'éditeur et comme la musique y tient une large place - en réalité, elle est même au cœur du roman -,  j'avais très envie de le lire. Mais tout s'est arrangé après quelques chapitres.

Quatre voix s'entrecroisent pour retracer l'histoire de Karl T., chef d'orchestre virtuose allemand qui a vécu de longues années à Barcelone. 
Il y a Maria, sa bonne à qui il apprend à jouer du violon et avec qui il tisse une relation de mutuelle compréhension. 
Il y a Teresa, violoniste virtuose qui, du jour où, enfant, elle trouve un violon dans une décharge, décide de se consacrer à la musique pour devenir quelqu'un et ne pas devoir "faire des ménages et de la couture" comme sa pauvre mère avec laquelle elle vit. 
Il y a Anna, une autre violoniste, ancienne élève de Teresa, qui maîtrise la technique mais ne joue pas avec son âme - au contraire de Teresa. "Monsieur" (c'est ainsi que Maria appelle le maestro) les réunira pour l'interprétation du concerto pour deux violons de Bach.
Et il y a Mark, le fils de Karl et le mari d'Anna qui, pour commémorer les dix ans de la disparition de son père, décide de réunir les deux violonistes pour un concert exceptionnel à Berlin, ville de naissance du chef d'orchestre.


Double concerto pour violons de J.-S. Bach, avec Y. Menuhin et D. Oistrakh

Il y a beaucoup d'autres relations entre les personnages mais vous en dire plus ne ferait qu'embrouiller les choses inutilement. Sachez seulement qu'un précieux violon Stainer est au cœur de l'histoire (J. Stainer était un luthier autrichien dont les instruments étaient très connus et demandés avant 1800).

Ce n'est pas un coup de coeur mais un très beau roman sur les relations humaines, la musique, l'amour.
 
source: site auteur
Blanca Busquets (née en 1961) est écrivain et journaliste (radio et télévision). Ses romans ont reçus plusieurs prix. Celui-ci est le premier traduit en français.

(éd. Les Escales, traduit de l'espagnol par Catalina Salazar, 220 pp., 2015)

Commentaires