The shell house - Linda Newbery


source : site auteur
Beaucoup, beaucoup aimé ! Un petit coup de cœur. Même après avoir fini le roman, je me disais « ah super, la journée se termine, je vais pouvoir retrouver Greg, Faith et Jordan », jusqu’à ce que je réalise que j’avais terminé le livre.

J’avais bien aimé De pierre et de cendre de Newbery, un roman "à la Wilkie Collins" et j’avais envie de lire un autre titre. Je ne sais plus trop comment je suis tombée sur celui-ci, probablement en me baladant sur goodreads, mais j’ai eu la main heureuse. L’histoire ?

Greg, un adolescent de 17-18 ans, pratique la photo et se balade beaucoup en vélo. Près de chez lui, dans la campagne du Kent, il se prend d’intérêt pour Graveney Hall, une grande demeure en ruine depuis 1917. Le bâtiment a été détruit par un incendie accidentel et resté à l’abandon après le décès des Pearsons, les propriétaires dont l’unique fils, Edmund, est supposé avoir péri dans les tranchées françaises.  Sur place, Greg rencontre Faith (= foi), une fille de son âge qui étudie dans un collège de filles catholiques et est très croyante. Le père de celle-ci dirige une équipe de volontaires qui restaure, week-end après week-end, la demeure et les jardins. Ceux-ci comprennent une grotte avec un lac ; l’endroit préféré de Faith qui vient s’y retirer et y méditer, l’endroit vers lequel Greg a aussi été tout de suite attiré. Si la foi de l’une et l’athéisme de l’autre est source de quelques tensions initiales, les deux adolescents sympathisent et cherchent à savoir comment Edmund est décédé, les circonstances étant assez mystérieuses.

A son collège, Greg se lie aussi d’amitié avec Jordan, un garçon discret qui excelle en natation, gagne beaucoup de compétitions et s’entraîne chaque matin avant les cours. Greg est à la fois fasciné et attiré par Jordan.

En parallèle à ces intrigues se développe celle d’Edmund (dix-neuf ans) qui a rencontré Alex à la guerre. Ce dernier vient d’un monde très différent de celui d’Edmund mais leur amitié se transforme bientôt en amour.

Toutes ces histoires se déroulent en parallèle, s’imbriquent et se répondent. L’histoire d’Edmund et Alex étant comme une préparation à celle de Greg et Jordan.

Comme je l’écrivais plus haut, j’ai beaucoup apprécié ce roman fin, subtil, qui aborde des thèmes pas faciles (religion, sexualité, adolescence, conflits générationnels, maladie) mais avec beaucoup de délicatesse, de tact. Ecrit pour les jeunes adultes, il peut très bien s’apprécier par les plus âgés.

Vivement recommandé !

Et pour ceux qui ne se sentent pas de le lire en v.o., il a été traduit en français sous le titre Graveney Hall (éd. Phébus)
source : site The Guardian
Linda Newbery (née en 1952) a longtemps enseigné l’anglais avant de se consacrer pleinement à l’écriture. Elle est l’une des auteurs de fiction pour jeunes adultes les plus appréciés en Grande-Bretagne. 

Aussi aimé par Manu

(éd. Random House Definitions, 2003)

Commentaires

claudialucia a dit…
Oui, effectivement je ne me sentirais pas de le lire en anglais! le sujet me plaît bien.
Sandrine a dit…
J'ai ce roman dans ma PAL, voilà qui tombe bien !
Lewerentz S a dit…
Claudia : oui, les thèmes sont très bien.

Sandrine : let's go !
Manu a dit…
J'ai aimé ce roman mais avec quelques réserves quand même.
niki a dit…
j'ai de pierres et de cendres dans ma pal, mais je ne connaissais pas ce roman-ci - je note vu ton avis positif
Karine:) a dit…
J'avais bien aimé set in stone (sans avoir de coup de coeur). Du coup, tu me tentes avec celui-ci. Pourquoi pas!
maggie a dit…
J'ai bien aimé de pierre et de cendre mais celui-là ne m'avait pas plu : je l'avais trouvé un peu simpliste...
maggie a dit…
Ps : Je voulais juste ajouter que souvent lorsque les personnages sont des ados, j'ai plus de difficultés à m'intéresser à leurs états âme...
Lewerentz S a dit…
Maggie : comme je le disais, je ne suis pas non plus une aficionado des romans jeunes adultes. Mais comme j'ai lu celui-ci en anglais, je suis aussi moins exigeante ;-)