La ronde des mensonges - Elizabeth George


Le cadavre de Ian Cresswell a été retrouvé dans le hangar à bateaux de la propriété de son oncle et sa tante ; l’enquête a conclu à un accident. Pourtant, Bernard Fairclough, l’oncle, demande à Lynley de mener, en toute discrétion, une contre-enquête. Lynley part donc dans le Lake District, accompagné de Simon et Deborah Saint James. Simon pour mener une expertise médico-légale et Deborah pour enquêter auprès du fils Fairclough, ancien junkie repenti dont son père veut s’assurer qu’il n’est pour rien dans cette mort. Car Ian était peut-être le neveu mais c’est lui qui était le bras droit de l’entreprise familiale. Et Barbara Havers ? Elle reste à Londres et fera quelques recherches pour Lynley, tout en restant sur ses gardes avec la commissaire intérimaire Ardery, et en cultivant son amitié avec sa petite voisine dont la mère est rentrée au bercail. 

Plus de six cent pages et une intrigue maigre, très maigre ! Tout d’abord, il n’y a pas de meurtre mais, une fois Lynley sur place, je m’attendais à ce qu’il y en ai un, que Havers rapplique de Londres et qu’enfin l’histoire prenne un peu de consistance. Hélas, rien de tout cela. Franchement, E. George nous avait habitué à bien mieux que cela ! L’intrigue se disperse dans tous les sens, avec des « sous-intrigues » qui n’apportent rien au livre, Lynley lui-même n’est qu’une silhouette et Havers joue les faire-valoirs en collectant des infos sur la famille Fairclough. D’habitude, j’aime bien lorsque Simon et Deborah sont de la partie mais, pour le coup, Deborah fourre son nez partout et imagine des secrets là où il n’y en a pas, toujours obsédée par ses envies de grossesse alors qu’on sait depuis… combien ? pas mal de romans maintenant que sa seule option reste l’adoption. De son côté et celui de St James, les choses n’évoluent pas beaucoup.

J’espère qu’Elizabeth George va revenir vers des intrigues plus courtes mais plus denses qui n’en seront que plus efficaces, vire Ardery (qui, à mon avis, n’est pas du tout assez bien pour Lynley et est insupportable avec cette pauvre Barbara), et redonne à Lynley et Havers la place qu’ils méritent. Heureusement, la fin annonce plutôt que Lynley a retrouvé un meilleur moral et Havers devrait avoir une bonne place dans le prochain roman. 

Et moi, en attendant, je vais lire de anciens romans. Enquête dans le brouillard et Pour solde de tout compte, entre autres, sont nettement meilleurs et supérieurs à celui-ci.  

(éd. Presses de la cité, 2012) 
(photo couverture : site Amazon)

Commentaires

keisha a dit…
A une époque j'ai lu TOUS les romans de l'auteur, j'aime bien Havers (et la femme de Lynley commençait à m'horripiler, et sa copine aussi avec son désir de grossesse, tu as raison, ça fait des volumes que c'est clos), je découvre dans ton billet que la femme du voisin est rentrée (moi j'avais déjà un roman entre lui et Havers... ^_^), (il y a aussi un autre policier récurrent dans l'histoire, non)
bref, j'ai laissé depuis l'histoire du gamin qui est accusé de la mort de la femme de L
C'est sûr que ça fait des pavés, pas des romans policiers en tant que tels.