Un torse dans les rochers - Helene Tursten



Un torse et des membres d’un corps sont retrouvés, atrocement mutilés et dépecés, sur une plage de Göteborg. La médecin légiste présente le meurtrier comme un psychopathe nécrophage et l’inspectrice Irene Huss est chargé de l’enquête qui l’emmènera à Copenhague et ses quartiers dangereux. Parallèlement, Irene profite également de son séjour danois pour rechercher la fille disparue d’une amie qui semble être tombée dans un réseau d’escort girl. Le meurtrier semble savoir beaucoup de choses sur Irene. Serait-il plus près d’elle qu’elle ne le pense ? 

J’ai un peu hésité à acheter ce roman, car je ne suis pas forcément fan des histoires glauques avec force détails de scène de crime qui vous retournent l’estomac – et celui-ci n’y va pas avec le dos de la cuillère, j’aime autant vous prévenir ! Mais l’histoire m’a vite emportée, d’autant que l’enquête est entrecoupée de passages plus axés sur la vie d’Irene et, dans une moindre mesure, celle de ses collègues. Le rythme, au départ, est bien soutenu, les cadavres s’accumulent dangereusement et on a envie de connaître la suite qui se déroule entre Copenhague et Göteborg. Cela se gâte un peu ensuite, car l’intrigue stagne et je me suis un peu ennuyée. Un dernier petit rebondissement à la fin m’a permis de finir ce roman et d’en tirer un bilan plutôt positif même si je regrette que  les motifs de l’assassin ne soient pas plus développés. Par contre, oubliez l’épilogue qui est sans intérêt aucun. 

Bref, je préfère Henning Mankell ou Arnaldur Indridason, mais cela se lit si on cherche juste un bon moment de détente.


Helene Tursten est née en 1954 à Göteborg. Avant d’écrire, elle a été infirmière. Plusieurs de ses romans ont été adaptés à la télévision.

(éd. J’ai lu, 2008)
(photo auteur : site web Piratförlaget)

Commentaires

Golovine a dit…
Oui, tout dans ton commentaire donne à penser que l'hémoglobine dégouline ... Quoique fan des auteurs du Nord, je ne me lancerai pas dans la lecture du torse dans les rochers ! Mais je trouve ton court billet très incisif et bien tourné. Bravo bon we, amitiés.