Rose, sainte-nitouche – Mary Wesley



Résumé
A la mort de son mari Ned, Rose part quelques jours dans les Cornouailles. Aux yeux de tous, ils formaient depuis cinquante ans un couple parfait de la bonne société anglaise, avec maison de campagne. Pourtant, Rose a mené une double vie avec Mylo Cooper, un anticonformiste, son grand amour depuis l’adolescence.

Commentaire
Le roman commence juste avant la seconde guerre mondiale, et s’étale sur une cinquantaine d’années. Le lecteur est donc plongé dans la vie britannique durant la guerre, les cartes de rationnement, l’invasion des demeures campagnardes par différents services gouvernementaux, et l’engagement au service de son pays, que ce soit dans l’armée, les services secrets ou l’aide dans les hôpitaux. J’ai beaucoup aimé cet aspect du roman, car on se rend compte de la situation (et ses difficultés) mais le ton reste toujours pétillant, enlevé et ironique.

L’histoire d’amour de Rose m’a moins convaincue, principalement parce que j’ai trouvé que l’auteur répétait trop souvent le même motif (Ned est à l’étranger, Mylo débarque pour quelques jours et Rose se sent revivre. Puis il repart, engueulades et pleurs jusqu’à leur prochaine rencontre). Par contre, j’ai trouvé assez intéressante l’évolution des sentiments des personnages les uns envers les autres : mariage de convenance pour Rose mais quand même avec de vrais moments d’affection pour Ned pour qui elle ne brisera d'ailleurs jamais son serment de fidélité, malgré son amour fou pour Mylo.

J’ai bien aimé le personnage de Rose, son caractère qui évolue : de la jeune fille sage et timide, elle passe à une vraie maîtresse de maison qui gère un domaine et une ferme, et sait se montrer franche et tranchante lorsqu’il le faut, soit avec ses envahissants voisins Thornby (qu’est-ce que je les ai détesté, ceux-là !), soit pour sortir Mylo d’un hôpital bruyant (elle se fait passer pour sa femme). Peut-être est la guerre qui a cet effet « énergisant » sur elle ? Seule, elle apprend l’indépendance (au grand désarroi de Ned qui se rend compte qu’elle n’est finalement pas si malléable qu’il l’avait pensé) et s’offre ses moments de liberté avec son amant. Peut-être Rose est-elle aussi influencée par sa mère qui ne cache pas son soulagement à la mort de son époux. D’abord choquée et surprise, Rose la comprend peu à peu, au fur et à mesure qu’évolue sa propre situation personnelle et ses rapports avec les hommes.

Dans La pelouse de camomille (lu l'année passée et que j'ai préféré), Mary Wesley invente aussi une demeure-refuge à ses personnages. Peut-être est une influence de romans "big houses" typiques des britanniques (Molly Keane, Elizabeth Bowen, etc.) ? En tout cas, l'auteur a puisé dans sa propre expérience, car elle a elle-même passé la grande partie des années de guerre dans une demeure similaire à celle de ses romans.

Plusieurs personnages secondaires, notamment le couple de domestiques Farthing sont intéressants.

Auteur
Mary Wesley (1912-2002) est née dans le Surrey d’un père colonel et a travaillé pour le MI-5 (services secrets intérieurs) durant la seconde guerre mondiale. Mariée trois fois, elle a eu trois fils. C’est après la mort de son dernier mari qu’elle se consacre pleinement à l’écriture. Elle a alors plus de septante ans et son premier roman (Jumping the queue, 1983) est un succès. Son roman le plus connu est certainement La pelouse de camomille (1984) dont il existe plusieurs versions filmées (en anglais).

(éd. J'ai lu, poche, 2010)
(photo auteur : Oxford dictionary of national biography)

Commentaires

Manu a dit…
J'ai ces deux romans mais pas encore lus. Je pense que ça ne peut que me plaire, moi qui suis fan des romancières anglaises.
niki a dit…
j'ai "la pelouse" dans ma PAL, l'ayant reçu tout récemment en V.O.

apparemment on redécouvre mary wesley en français, alors qu'elle est pratiquement introuvable en anglais - bizarre !
en tout cas je sens qu'elle va me plaire ;)
lewerentz a dit…
Manu : j'ai constaté ton amour des anglaises sur ton blog ;-) On est deux !

Niki : oui, je crois bien que la publication de Wesley en français est récente. Par contre, l'année passée, je suis allée en vacances en Angleterre, et dans pratiquement toutes les librairies et bouquineries où je suis passée, il y avait, en bonne place sur les étalages, des romans de Wesley.

J'espère qu'elle vous plaira à toutes les deux et me réjouis de lire vos avis sur vos blogs resectifs.
George a dit…
je l'ai acheté récemment et j'ai également "camomille" dans ma PAL, bienvenue dans la blogo...
lewerentz a dit…
Georges: bonne lecture avec ces deux Wesley. Une auteur très "rafraîchissante" et agréable, je trouve. Bravo aussi pour ton blog !
maggie a dit…
J'ai lu plusieurs billets élogieux sur cette romancière et j'ai bien envie de découvrir ses romans mais je suis plus tentée par "camomille" que par celui-ci... En tout cas, un auteur que je vais lire...
Cecile a dit…
Les deux sont dans ma PAL ... et en plus ils sont dans mes priorités, c'est ça le pire ...
lewerentz a dit…
Maggie: comme je l'ai écris, j'ai préféré "La pelouse...", car je l'ai trouvé plus varié. Mais celui-ci est sympa aussi.

Cécile: je ne fais plus des priorités dans mes lectures, c'est trop déprimant de voir le nombre que j'aimerais lire mais le temps manque. Je l'ai lis au fur et à mesure que je les trouve ;-)