Suisen - Aki Shimazaki

source: visoflora.com


Suisen, c'est le narcisse. 

Ce (trop) court roman est le troisième de la série commencée en 2014 avec Azami puis Hôzuki (2015). Cette fois-ci, c'est Gorô, président d'une prospère société de whisky, qui est au centre du texte. Un personnage qui, comme à chaque fois avec Shimazaki, est déjà apparu comme silhouette dans (au moins un des) romans précédents de la série. Marié, père de deux enfants pour lesquels il a des ambitions toutes définies, il entretient deux maîtresses, dont l'actrice Yuri K. Il a réussi dans la vie mais sans vraiment travailler dur. A la mort de son père, c'est lui qui a repris l'entreprise avec sa belle-mère comme administratrice. Sa demie-soeur Aï et son mari y travaillent également.

J'achète systématiquement les romans de Shimazaki, les yeux fermés, car elle est vraiment l'une de mes auteurs favorites. Celui-ci, toutefois, ne sera pas mon préféré. Car Gorô est arrogant, sur de lui et de son bon droit à ce que les autres fassent comme il le veut et à obtenir toujours plus. Et ce n'est que le jour où les choses s'écroulent l'une après l'autre autour de lui qu'il commence à douter et se regarder vraiment et voir comment les autres le perçoivent. Et ce n'est qu'à ce moment que j'ai compris et pleinement aimé ma lecture. Grâce à Sayoko une ancienne maîtresse plus jeune que lui, qui lui fait remarquer qu'il ressemble au Narcisse de la mythologie grecque; un jeune homme qui était tombé amoureux de son reflet. L'écriture, toutefois, est, comme d'habitude, magnifique !

Dans le miroir, je me trouve fatigué, déprimé, triste. La barbe est apparente. En me lavant le visage, j'entends la voix de Sayoko: "Tu es un enfant blessé." Soudain, j'ai envie de pleurer. (p. 148)

(éd. Actes Sud, 162 pp., 2017)

Commentaires

niki a dit…
j'ai lu "le poids des secrets" d'elle, j'avais aimé, mais sans enthousiasme ni déception - ceci dit, je la relirais sans doute avec grand plaisir
J'ai lu le premier tome du Poids des secrets il y a un sacré moment, je devais continuer mais j'ai laissé le temps passer... Tu me donnes envie de revenir à cette auteure !