Je sais pas - Barbara Abel

source: site éditeur
Emma, une fillette de cinq ans disparaît quelques heures lors d'une sortie scolaire. Alors que les professeurs partent à sa recherche, Mylène, sa maîtresse de classe, la retrouve; Emma est tombée dans un trou et Mylène, pour l'aider, descend la chercher mais se blesse à la cheville. Elle parvient toutefois à aider la fillette à sortir du fossé et la charge d'aller chercher de l'aide. Mais lorsque la fillette est retrouvée par les autres professeurs et que ceux-ci lui demandent si elle a vu sa maîtresse, Emma se contente de répondre "je sais pas". La police, qui avait été entre-temps alertée, doit faire vite : Mylène est diabétique et elle n'a pas eu le temps de se faire sa piqûre le matin même. Et pourquoi Emma reste-t-elle mutique ? Visiblement, elle n'appréciait pas Mylène; mais pourquoi ?

Le lecteur dispose rapidement d'une information supplémentaire : Camille, la mère d'Emma, entretient depuis cinq semaines une liaison avec Étienne qui n'est autre que le père de Mylène. Emma, qui a surpris les deux adultes quelques jours plus tôt, le sait-elle ? Cette petite fille au visage d'ange est-elle si innocente que ses parents veulent le croire ?

C'est la première fois que je lis cette auteur dont j'avais seulement entendu parler - en bien. Je confirme sa maîtrise dans le maniement d'une intrigue qui va crescendo et mêle habilement mensonges, suspens, rebondissements. 

Par contre, l'écriture m'a vraiment déçue - pour tout dire, je l'ai trouvé faible. Il y a un côté "compte-rendu d'une affaire", un peu journalistique qui m'a gênée. Dès les premières pages, j'avais l'impression de lire une "histoire extraordinaire" de Pierre Bellemare. Je n'ai rien contre Bellemare dont j'ai dévoré les recueils à l'adolescence, mais le style va bien pour un récit court - pour un roman, non. Cette impression était renforcée par les noms des personnages; tellement banals que je me suis demandée si c'était fait exprès. Mais peut-être que le style de ce roman était voulu par Abel ? Avez-vous lu d'autres de ses romans ? Qu'en est-il ?
source: waremmeculture.be

Barbara Abel (née en 1969 à Bruxelles) a étudié la philologie romane à l'Université libre de Bruxelles, puis a suivi des cours d'interprétation à Paris. Comédienne, elle commence à écrire pour le théâtre et son premier roman en 2002, L'instinct maternel, qui obtient le Prix du roman policier au festival de Cognac. Elle écrit également pour la jeunesse.

(éd. Belfond, 430 pp., 2016)

Commentaires

keisha a dit…
Belge? A tenter peut être pour le mois belge (sans attendre une découverte littéraire grandiose, je l'ai bien compris)
niki a dit…
j'avais lu que l'intrigue était bonne, ce que tu confirmes ;)
mais j'ignorais que le style fut peu engageant
Anonyme a dit…
Aie on dirait que blogspot mange mes commentaires, ça arrive...Je notais que comme elle est belge je pouvais tenter le coup lors du mois belge
keisha (qui va passer sur anonyme)
indira95 a dit…
argh. Bon et bien j'attendrais une sortie poche. C'est marrant parce que Derrière la haine ne m'avait pas semblé limite au niveau du style. Je te conseille celui-ci en tout cas.
Marinette a dit…
Pas encore lu celui-ci, mais je garde un bon souvenir de Derrière la haine (que j'ai même réussi à faire lire à ma sœur, qui ne lit quasiment jamais ^^).