Je voyage seule - Samuel Bjørk

source: site JC Lattès

Malin Stoltz retrouva brusquement ses esprits et découvrit qu'elle tenait un sac en plastique. Elle était allée à l'épicerie. Elle se souvenait pas d'être sortie de chez elle. Elle se souvenait seulement d'avoir fait un rêve bizarre dans lequel une petite fille en forme d'ange était venue la chercher en lui disant qu'elle n'aurait plus besoin d'être elle-même. Elle regarda autour d'elle. Elle se trouvait dehors. Elle ouvrit le sac en plastique et constata qu'il contenait quatre douzaine d'oeufs et un pain complet. Quarante-huit oeufs, mon Dieu.
Ce n'était pas la première fois que ça lui arrivait. Mais ça la terrorisait autant chaque fois. Un jour, elle s'était réveillée dans le tramway. Un jour, elle s'était réveillée alors qu'elle entrait dans le bâtiment de la piscine. Elle prit une profonde inspiration et s'assit sur un banc. Peut-être qu'elle devait retourner chez le médecin. Mais elle détestait les médecins. Mais peut-être qu'il fallait y aller quand même. Les black-out lui venaient de plus en plus souvent ces derniers temps, surtout les jours où elle ne travaillait pas, et là, c'était très compliqué. Tant qu'elle travaillait, ce n'était pas très compliqué. Les jours où elle restait chez elle, où elle devait être elle-même, c'était horriblement compliqué. Mais bientôt ce serait terminé. Bientôt, elle pourrait se reposer. (pp. 387-8)

Une petite fille est retrouvée pendue à un arbre, habillée d'une robe traditionnelle norvégienne et avec une pancarte autour du cou où il est inscrit : "Je voyage seule". Que s'est-il passé ? Holger Munch est chargé de l'enquête et, pour l'aider, il convaint Mia Krüger, une jeune et brillante inspectrice avec laquelle il a déjà travaillé, de sortir de son isolement et rejoindre Oslo pour retrouver son équipe. Mia qui doit faire face à ses propres démons - la mort de sa sœur jumelle. D'autres fillettes sont retrouvées, toujours avec la même pancarte. L'enquête est lancée.

Je suis assez étonnée de n'avoir pas vu beaucoup de billets sur les blogs à propos de ce roman, car je l'ai trouvé plutôt bon. Et malgré ses 567 pages, il m'a semblé qu'il tenait plutôt la longueur. Du moins, il n'y a pas vraiment de passages où j'ai "trouvé le temps long" - même si je ne me suis pas privée, ici ou là, de lire quelques pages en diagonale. Les deux personnages principaux sont bien décrits, avec leurs forces et leurs faiblesses (cigarette, relations familiales tendues, dépression et tendance suicidaire notamment).

Ce n'est pas le polar scandinave du siècle mais franchement, il tient la route.

source: adressa.no

Samuel Bjork est le pseudonyme de Frode Sander Øien (né en 1969 à Trondheim), auteur de romans et pièces de théâtre. Également musicien et peintre, son second polar, Le hibou, vient de paraître.

(éd. JC Lattès, repris chez Pocket, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud, 567 pp., 2015)

Commentaires

lorouge a dit…
Je me rappelle l'avoir retenue grâce à cette couverture assez atypique, il vient de (ou va) sortir en poche, alors pourquoi pas ;0) Et tu sais comme je suis attirée par ces écrits nordiques
Ah je l'avais noté en librairie à sa parution. J'aimais bien le titre et la couv'. Je n'ai pas vu de billets non plus mais ce n'est pas bien grave, à la lecture du tien, j'ai l'impression que ce livre pourrait bien me plaire.
Kathel a dit…
Moi aussi, je l'ai noté. ça fait un moment que je n'ai pas lu de polar nordique, mais ça pourrait revenir !
keisha a dit…
Tu donnes envie. Si je le vois, je ne le raterai pas (couverture!!)
maggie a dit…
Effectivement, je ne l'avais pas vu sur les blogs mais je note pour passer un bon moment suspenses !
niki a dit…
je l'ai noté et commandé :) je me fie à tes goûts littéraires, qui ressemblent souvent aux miens
claudialucia a dit…
C'est peut-être l'idée de toutes ces fillettes mortes qui fait fuir le lecteur, cela doit être éprouvant !
Bonheur du Jour a dit…
Jamais entendu parler non plus....
Marinette a dit…
Un roman que j'ai aimé, tout comme la suite. C'est vrai qu'il n'a pas beaucoup été vu sur la blogo...