Le commissaire Bordelli - Marco Vichi

Florence, 1963 / photo de Peter Cornelius

Florence, été 1963. Le corps d'une vieille femme est retrouvé dans une villa des beaux quartiers de la ville. Apparemment, elle serait décédée d'une crise d'asthme. Mais le commissaire Bordelli a des doutes qui sont rapidement confirmés par le médecin légiste. Qui avait intérêt à sa mort ? Son frère Dante, inventeur fantasque ? Ses neveux qui ont des difficultés financières ?

Une enquête lente, non pas ennuyeuse mais sans grand intérêt non plus. A mon sens, le charme du roman se trouve plutôt dans ses personnages et son décor. Bordelli n'hésite pas à laisser en liberté de petits criminels - au grand dam de son supérieur -; certains sont devenus des "amis", de même qu'une prostituée. Dans la cinquantaine, il est célibataire comme son cousin Rodrigo, et attend toujours de trouver la femme idéale. Il est également très marqué par son passage dans l'armée pendant la seconde guerre mondiale. Il aime manger, balade sa solitude dans la touffeur de l'été florentin.

Un bilan en demi-teinte pour moi, l'intrigue manquant quand même un peu de piquant à mon sens.
source: comune.montevarchi.ar.it

Marco Vichi (né en 1957) est l'auteur de plusieurs romans, nouvelles et scénarios.

(éd. 10-18, traduit par Nathalie Bauer, 214 pp., 2016)

Commentaires

claudialucia a dit…
Florence comme décor, on comprend que cela puisse être le plus grand intérêt du roman.
niki a dit…
je suis contente que tu ne sois pas plus enthousiaste, cela me permet de passer mon tour ;)
keisha a dit…
Dans ce premier, en effet, l'intrigue policière est secondaire. je viens de lire le deuxième de la série, là on a du plus sérieux à se mettre sous la dent!
maggie a dit…
L'intrigue est assez banale mais j'avais bien aimé le personnage du commissaire qui se rappelle de la guerre...
dasola a dit…
Bonjour Lewerentz, je viens de lire le billet de Maggie. Je me laisserais peut-être tentée comme lecture d'été ou pendant un voyage en train. Bon 1er mai.