Vent de sang - Nele Neuhaus

C'est le troisième roman policier de Nele Neuhaus que je lis et j'ai retrouvé avec plaisir le commissaire Oliver von Bodenstein et l'inspecteur Pia Kirchhoff. Un peu comme le plaisir que j'ai à retrouver Brunetti de Donna Leon, notamment.

source: en.wikipedia.org

L'intrigue développe une affaire autour de l'implantation d'un parc éolien sur le Taunus, la montagne près de Francfort. Le débat est âpre entre les promoteurs de WindPro et les opposants, ses derniers étant emmenés par Jannis Theodorakis, ancien employé de WindPro, et Ludwig Hirtreiter, le propriétaire qui refuse de vendre sa prairie pour que le projet se fasse. Accessoirement, c'est aussi un des plus vieil ami du père de Bodenstein. De plus, le veilleur de nuit de WindPro est retrouvé mort au bas de l'escalier.

Le sujet des éoliennes nourrit aussi actuellement de grands débats en Suisse. Défiguration du paysage ou non ? Comment les intégrer au mieux ? Leur mouvement peut-il être néfaste pour la santé de certains voisins proches ? Peuvent-elles suffire à produire l'énergie dont nous avons besoin ? Toutes ces questions sont abordées dans le roman.

Pourtant, une fois de plus, je regrette les longueurs de l'auteur à la fin. On dirait qu'elle n'arrive pas à terminer son roman, y mettre un point final, comme si elle pensait qu'il est trop court et qu'il faut lui ajouter une centaine de pages. C'est dommage, car elle y rajoute des rebondissements inutiles et, en ce qui me concerne, je me réjouis "d'en finir".

Les personnages, par contre, sont attachants et évoluent au fil des romans. Dans celui-ci, toutefois, von Bodenstein laisse beaucoup de place à Pia. A la fin de Blanche-Neige doit mourir, il se sépare de son épouse Cosima. Cette rupture lui pèse encore, il ne sait plus trop où il en est et se laisse charmer par la mystérieuse Anna Sommerfeld, scientifique qui a collaboré durant quinze ans à l'Institut allemand du climat et qui est maintenant en fuite de son employeur. Mais lui dit-elle toute la vérité ?

Des défauts, donc, mais une lecture agréable quand même. Mon préféré reste toutefois Flétrissure, le premier de la série.

(éd. Actes Sud, traduit de l'allemand par Jacqueline Chambon, 446 pp.)

Commentaires

niki a dit…
l'auteure n'arrive pas à terminer son livre, et moi je n'arrive pas à terminer mes lectures :D
en tout cas, tu donnes envie de noter, même si le livre comporte des faiblesses - j'ai un livre d'elle dans ma pal, recommandé par toi d'ailleurs ;)