Si Dieu existe - Joann Sfar


Lorsque je choisis une BD ou un roman graphique à la bibliothèque, mon seul critère est le style de dessin qui doit absolument me plaire. L’histoire peut me sembler passionnante, si je n’aime pas les dessins, c’est "no way". Je préfère lire une histoire un peu plus classique mais avec des dessins qui me parlent que l’inverse. Certes, cela me fait certainement manquer beaucoup de bons livres mais c’est ainsi ; si les dessins ne me plaisent pas, je n’arrive tout simplement pas à entrer dans l’histoire et j’abandonne après quelques pages.

Suivant cette logique qui m’est toute personnelle, et sans remettre en cause le talent de Joann Sfar, son Si Dieu existe aurait donc dû directement aller dans la colonne "non". Mais puisque je le lisais pour le Prix Elle 2016, je me devais de faire un effort. La lecture de l’introduction de l’auteur n’a pas raffermi ma résolution même si je ne remet nullement en cause le fait que l’attentat contre Charlie Hebdo est une horreur et qu'il est bien triste que même un dessin puisse froisser au point d’en venir au meurtre. Plutôt une sorte de lassitude à entendre toujours les mêmes mauvaises nouvelles, jour après jour, à la radio et la télévision. De plus, n’ayant jamais lu cette revue dont les dessins de couverture, justement, ne me disent rien, j’étais un poil embêtée. Cependant, je me suis souvenue que j’avais lu – et apprécié – une interview de Sfar dans un hebdomadaire, alors j’ai persévéré.

Si les dessins n’ont définitivement pas emporté mon adhésion, j’ai apprécié les "historiettes" de Sfar, particulièrement celles qui le concernent directement, car c’est touchant et sensible, on sent la sincérité.

Lu pour le Prix Elle 2016.

(éd. Delcourt, 224 pp.)

Commentaires

claudialucia a dit…
Tu n'aimes pas les caricaturistes? Même pas Cabu?
Lewerentz S a dit…
Oui, j'aime les caricatures - pour autant que le dessin me plaise. Cabu, comme je l'ai dis, je n'ai jamais lu CH et je ne connais pas son travail.
keisha a dit…
J'ai mis du temps à me faire à la façon de dessiner de Sfar, mais ensuite j'ai dévoré ses carnets...
niki a dit…
j'ai la même réaction que toi à l'égard d'un roman graphique - si les dessins ne me plaisent pas, malgré la justesse de l'histoire, je suis plutôt rebelle