L'oiseau bleu - Takashi Murakami

source: bdzoom.com

L'oiseau bleu
Alors qu'ils reviennent d'un pique-nique, Yuki, son mari Naoki, et leur fils de cinq ans, Shu, sont victimes d'un accident de la circulation. Shu décède, Naoki souffre du syndrome d'éveil non-répondant (l'état végétatif), et seule Yuki s'en sort sans séquelle importante. Alors qu'elle doit apprendre à vivre sans son enfant, Yuki ne perd pas espoir pour son mari et, après que celui-ci passe soit passé dans plusieurs cliniques spécialisées, elle décide de s'en occuper à la maison.

Les feuilles mortes
La première histoire se termine sur le réveille progressif de Naoki. La seconde, apparemment complètement séparée, s'ouvre en 1963 sur une usine de fabrication de l'acier où chaque soir, Tominaga se porte volontaire pour quelques heures supplémentaires pendant qu'Higashimoto se rend chez Tominaga pour tenir compagnie et faire manger Yûta, son jeune fils. Mais un soir, Tominaga ne rentre pas, victime d'un accident à l'acierie. Yûta est placé dans une famille d'accueil et Higashimoto, profondément affecté, quitte la ville. On le retrouve des années plus tard en compagnie de son épouse; il est devenu un vieil homme que l'on devine atteint d’Alzheimer. En poursuivant le récit, on comprend qu'il est aussi le père de Naoki et que son nouveau médecin est Yûka.

Les deux histoires sont joliment reliées et si, au début, j'avais quelques craintes en commençant la seconde (le monde d'une fonderie... bof), en fait, je l'ai préférée à la première dont j'aurais mal vu le sujet s'étirer sur deux cent pages.

Les thèmes abordés (perte d'un proche, faut-il maintenir en vie quelqu'un qui ne semble plus répondre à aucun stimuli ?, Alzheimer, le manque de place pour les patients tels que Naoki dans les hôpitaux) ne sont pas faciles et l'auteur s'en sort joliment, avec beaucoup de tact et d'émotion. 

Une chose, toutefois, m'a dérangé - même si ce n'est pas la première fois que je me fais la remarque en lisant un manga : les personnages, particulièrement les femmes et Yuki dans ce manga, sont dessinés comme des préadolescents alors que ce sont des adultes.
 
source: japantimes.co.uk

Takashi Murakami (né en 1962) est un artiste qui s'intéresse à plusieurs médiums : manga mais aussi peinture traditionnelle, papier, dessin animé, sculpture, vidéo; il collabore également des marques de luxe et est commissaire d'exposition.

(éd. Ki-oon, traduit par Thibaud Desbief, 2015)

Commentaires

niki a dit…
cela me semble bien poignant tout cela - je doute que ce soit pour moi en ce moment
keisha a dit…
Mais je ne connais même pas ce mangaka! Oui, parfois les dessins correspondent mal à la réalité (je fuis ceux où les gens ont toujours une goutte de sueur qui coule)
claudialucia a dit…
Dans les quelques mangas que je connais, c'est vrai que les femmes semblent toujours être des ados.Les thèmes sont intéressants.