The silver swan - Benjamin Black

Deirdre Hunt est retrouvée sans vie, apparemment, elle s'est noyée. Son mari Billy, ancien camarade d'université de Quirke, demande à celui-ci de ne pas pratiquer d'autopsie. Mais Quirke est bien trop curieux pour respecter ce vœu; il découvre que la jeune femme a été empoisonnée à la morphine (overdose). Mais il ne fait rien auprès de la police, il préfère mener sa petite enquête lui-même. 
 
Four Courts, Dublin - source : dublin.es

Rapidement, il s'avère que Deirdre menait une double vie. Esthéticienne, elle se faisait appeler Laura Swan et avait une boutique avec Leslie White, un homme visiblement habitué des ennuis. Les choses se compliquent lorsque Quirke comprend que sa propre fille Phoebe, cliente de Laura, est en train de tomber amoureuse de Leslie, et que lui-même n'est pas insensible à Kate, l'épouse de White.

Une enquête au rythme (très) lent, sans grand rebondissement, qui va creuser du côté des drogues, d'adultère, de photos compromettantes. Avec toujours un Quirke très morose (limite dépressif) qui n'arrive pas à établir une vraie relation avec sa fille et dont le passé familial pèse toujours sur lui (pas mal de référence au premier livre de la série, Les disparus de Dublin (Christine Falls)).

J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman, pour être honnête; je n'arrivais pas à m'intéresser à l'intrigue (plutôt mince). Mais passées les premières pages difficiles, et grâce aux personnages que j'aime beaucoup c'est allé, même si je n'aurais pas craché sur une intrigue un poil plus prenante. D'ailleurs, j'ai mis le libellé "roman policier" mais c'est un bien grand mot. 

Les personnages, oui, c'est vraiment un point fort de cette série, selon moi : Quirke, son demi-frère Malachy, sa fille Phoebe et Rose, l'ex-femme de son père adoptif qui meurt dans ce roman (et jouait un rôle important dans le premier tome). J'étais quand même un peu frustré du "dialogue de sourds" entre Quirke et sa fille et j'espère que leur relation évoluera (quel qu'en soit le sens) dans un prochain roman. J'ai moins senti l'ambiance Dublin années 50 que dans le premier roman, mais c'est peut-être parce que j'ai lu celui-ci en anglais.

Une lecture agréable mais pas indispensable, même si de qualité - l'écriture est quand même celle de John Banville (= Benjamin Black) !

Merci beaucoup à Cécile qui m'a envoyé son exemplaire.

(éd. Picador, 345 pp., 2007)

Commentaires

niki a dit…
j'aime bien les romans de benjamin black - j'ai toute la série "quirke" dans ma pal, de temps en temps je feuillette, j'ai la mauvaise habitude de lire plusieurs bouquins d'un coup, et du coup ça n'avance pas, mais je n'ai pas abandonné :)
Cecile a dit…
Je crois qu'il a encore perdu mon commentaire (et il était long en plus). Je pense que roman noir est plus adapté que roman policier car l'intrigue n'est pas prédominante (roman policier me donne l'impression que l'enquête est importante). Comme vous, j'adore les personnages et c'est ce qui fait que je lis les livres (par contre la relation de Phoebe et Quirke ne va pas évoluer positivement ; je spoile). Je prends autant de plaisir à retrouver Quirke qu'Isabel Dalhousie. Ce sont des livres clairement non indispensables mais ces deux personnages me manqueraient s'ils n'étaient plus là et n'évoluaient plus. C'est comme prendre des nouvelles de gens qui sont loin.
Qu'avez vous pensé du niveau d'anglais ? Perso, je trouve que c'est un peu difficile parfois. En anglais, je n'arrive pas à voir l'écriture, seulement à un niveau binaire : soit cela se lit tout seul, soit il y a plein de mots compliqués dedans.
J'ai fait plus long que la première fois. Bonne journée !
Lewerentz S a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Lewerentz S a dit…
Cécile : merci pour ce long message ! J'ai trouvé le niveau d'anglais facile. Pour tout dire, j'étais un peu étonnée (mais contente), car j'avais lu des extraits de romans de Banville et j'avais trouvé cela vraiment très difficile. Pour moi, c'est assez pareil pour l'écriture en anglais; j'apprécie moins l'écriture qu'un français, c'est sûr.
Lewerentz S a dit…
Niki : par période (et c'est le cas en ce moment), je connais aussi le problème de plusieurs lectures en même temps ;-) Normalement, j'évite mais là, plusieurs romans que j'avais réservé en bibliothèque arrivent en même temps et certains ont été réservés par d'autres lecteurs ensuite, donc je dois les rendre à temps