Le brocart - Miyamoto Teru

Dix ans après avoir divorcé, un homme et une femme se rencontre par hasard dans une télécabine. Les choses ont beaucoup changées : Aki, la femme, s'est remariée et a un fils qui est handicapé, tandis que Yasuaki, l'homme, a "vivoté", changé souvent d'emploi et vit avec une jeune femme qui tente de le motiver et lui redonner goût aux choses.

source : maxisciences.com

Pourquoi avaient-ils divorcé ? Yasuaki avait été mêlé à une double tentative de suicide avec sa maîtresse. Le père d'Aki lui avait alors fait comprendre qu'il devait partir puisqu'il ne pouvait plus devenir son successeur à la tête de son entreprise.

Cette rencontre inattendue a tellement surpris Aki qu'elle écrit à Yasuaki pour lui raconter ce qu'elle est devenue, il répond et, sur un peu moins d'une année, une correspondance s'engage, s'expliquant leurs comportements respectifs lors du drame, leurs sentiments actuels, les confessions et les mensonges, les joies et l'avenir qui se dessine. Le ton, distant et agacé au départ de Yasuaki, s'adoucit ensuite, comprenant le mal qu'il a fait à Aki pour qui les circonstance du double suicide sont restés une énigme.

J'aime beaucoup les romans épistolaires et c'est la raison qui m'a fait choisir ce roman à la bibliothèque - un auteur japonais, en plus...! 

Kuroi Senji, dans sa postface de 1985, décrit très bien le roman en écrivant : "Ainsi, le passé n'est-il pas ici un temps achevé et disparu, mais un temps vivant où, dans de multiples superpositions, ils ont dissimulé en de profonds replis des éléments qui leur sont mutuellement inconnus ? Fouiller ce passé revient à le revivre autrement, et aussi à reconsidérer la vie présente".

Si j'ai parfois regretté une certaine "rigidité" dans le style, j'ai apprécié ma lecture. Par contre, je suis dans l'incapacité la plus totale d'expliquer le titre.

source: fluentu.com

Miyamoto Teru (né en 1946 à Kobe) est d'abord rédacteur publicitaire. Ses romans ont reçu plusieurs prix au Japon.

Commentaires