Ceux qui me restent - Damien Marie & Laurent Bonneau

Florent a perdu sa femme Jennie alors que leur fille Lilie (Aurélie) n'avait que cinq ans. A l'adolescence, celle-ci le quitte à son tour. Et à 70 ans, c'est sa mémoire qui quitte Florent. Mais il veut retrouver Lilie qui, pourtant, vient le voir chaque semaine à la maison de retraite. Alzheimer est passé par là et il ne la reconnaît plus - ou la confond avec sa défunte épouse.

source: wmaker.net

Cette BD a déjà été abondamment évoquée sur les blogs par Mokamilla / Au milieu des livres, notamment. Beaucoup évoquent l'émotion qu'elle fait naitre, un sujet sensible. Oui, c'est vrai, j'ai ressenti cela aussi; et le scénario est fort et bien mené, on sent bien les dédales et cul-de-sacs provoqués par la maladie.
 
source: addict-culture.com

Mais surtout, j'ai adoré les dessins vraiment incroyables, j'adore leur côté croquis, la gamme restreinte de la palette de couleur (beige, jeune, blanc gris et bleu) et la façon dont elle est utilisée, leur expressivité, le mélange dessin crayon/fusain (peut-être que ce n'en est pas, c'est seulement mon impression). Les dernières pages avec le dessin qui s'estompe peu à peu sont une belle idée (ce n'est plus qu'une "tâche" verte à la p. 160).

Une très belle BD, une belle histoire et un bel objet.

(Bamboo Edition, 160 pp., 2014)

Commentaires

MlleJuin a dit…
ça a l'air d'être une très belle BD, avec un thème touchant.
niki a dit…
très tentant :)
Cecile a dit…
J'ai lu cette BD aussi et je rejoins tout à fait votre avis. Cela donne un autre témoignage d'Alzheimer.
Lewerentz S a dit…
A toutes : oui, c'est une belle BD, je vous la conseille vraiment. Peu de texte mais un graphisme vraiment très expressif.
claudialucia a dit…
En général j'aime les BD qui n'ont pas besoin de trop de texte (juste le nécessaire) pour exprimer; le sujet est éprouvant, c'est une maladie si terrible.