Meurtre à l'anglaise - Cyril Hare

Un délicieux roman qui se déguste comme une friandise !
source : l’œil de Fred - Frédéric Fleury - château de Nainville les Rochers

Je ne connaissais pas l'auteur, mais grâce à Niki qui a le chic pour nous proposer des auteurs de romans policiers (anglais ou autres) moins connus mais qui méritent notre attention, j'ai passé un excellent moment en suivant ses conseils. Et merci aussi à ma sœur qui me l'a offert.

Ici, il s'agit d'un huis-clos à Noël, dans un manoir de la campagne anglaise, dont le propriétaire, âgé et malade, invite quelques personne pour les fêtes. Son fils Robert, membre d'une ligue politique de droite, Sir Julius, son cousin et Chancelier de l'Echiquier, Lady Camilla Pendregast qui est amoureuse de Robert et Mme Carstairs, l'épouse d'un collaborateur de Sir Julius. Il y a aussi le professeur Bottwink qui séjourne au manoir pour y effectuer des recherches historiques. Au soir du réveillon de Noël, alors que Robert s'apprête à annoncer une grande nouvelle aux autres, dans une ambiance, il faut bien le dire, assez tendue, il meurt en quelques secondes après avoir bu une gorgée de sa coupe de champagne. Et la neige ayant fortement tombée depuis le matin, tous se retrouvent bloqués au manoir.

J'ajoute que le roman a été publié en v.o. en 1951, que Cyril Hare fait preuve d'un humour tout british et sarcastique, que l'écriture n'est pas du tout vieillotte et que P.D. James admirait son roman Tragedy at law (1942), et, en ce qui me concerne, la messe est dite et tout est réunit pour que je passe un bon moment.

Vous laisserez-vous tenter ?

Cyril Hare (1900-58) est le pseudonyme littéraire du juge Alfred Gordon Clark qui, outre le droit, a aussi étudié l'histoire à Oxford. Ses expériences de juge et, brièvement, de ministre au début de la seconde guerre mondiale, lui ont servi de bases pour ses romans.

(éd. Payot & Rivages, traduit par Mathilde Martin, 230 pp., 2005)

Commentaires

niki a dit…
je vois que toi aussi tu as aimé ce roman "de saison" - contente que cela t'ait plu, car ce n'est jamais facile de recommander un roman ;)
Cecile a dit…
J'ai bien envie de le lire, même si Noël est passé.
Lor rouge a dit…
Je te souhaite une très bonne année Lewerentz et je t'embrasse, à bientôt