Flétrissure - Nele Neuhaus

Il y a des fois où je me demande si c'est une bonne chose de lire les avis des autres sur un roman que  je viens de terminer et dont je veux parler sur ce blog. Parce que, pour le coup, en faisant une petite recherche sur Flétrissure, j'ai été très étonnée de ne le trouver sur aucun des blogs que je suis régulièrement, et de lire si peu de commentaires sur d'autres blogs. Et ceux que j'ai lu, à ma grande surprise, étaient très mitigés. Surprise parce que oui...

... moi, j'ai adoré ce roman ! Voilà, c'est dit. Franchement, je crois bien que c'est le meilleur roman policier que j'ai lu cette année, et je me réjouissais de pouvoir avancer un peu dans ma lecture à chaque fois que j'entrevoyais une possibilité dans la journée. A tel point que je l'ai lu en beaucoup moins de temps qu'habituellement pour un roman de 490 pages. Il faut dire qu'il m'avait chaudement été recommandé par ma libraire (qui n'est pas la dernière et, du peu que je la connais, me semble plutôt sérieuse). Alors malgré son sujet en lien avec la seconde guerre mondiale, l'holocauste et autres atrocités qui, à force d'avoir été rabâchés à l'école auraient plutôt tendance à me rebuter, je l'ai entamé... et n'ai plus pu le lâcher.

L'intrigue ?
David Goldberg, un vieil homme de 92 ans, Juif et rescapé des camps de concentration, est retrouvé mort chez lui, une balle dans la tête. Pas de trace d'effraction, seulement un chiffre tracé sur un miroir avec son sang. Mais le commissaire Oliver von Bodenstein et sa collègue Pia Kirchhoff vont avoir une belle surprise lors de l'autopsie qui révèle la trace d'un ancien tatouage du groupe sanguin de la victime sur son bras; tatouage qui était porté par les membres de la SS. A peine commencée, l'enquête leur ai retirée par le ministère de l'Intérieur. Pourtant, d'autres meurtres très similaires surviennent; et les victimes étaient amis avec Goldberg. Qu'est-ce qui se cache derrière tout cela ? Qui étaient vraiment Goldberg et ses amis ?

Personne, dans sa famille, n'avais compris sa décision de venir finir sa vie en Allemagne, pas même lui. Brusquement il avait senti qu'il ne voulait pas mourir dans le pays qui pendant soixante ans s'était montré si généreux avec lui. Il était pris de nostalgie à l'idée de lire des journaux allemands, d'entendre le son de la langue allemande. David Goldberg n'avait pas quitté l'Allemagne de son plein gré, en 1945, c'était une question de vie ou de mort, et il avait tiré le meilleur avantage de la perte de sa patrie. (p. 9)

Certes, je ne crie pas au chef-d'oeuvre, ni que Nele Neuhaus est Henry James dans sa finesse des personnages, mais j'ai vraiment trouvé cela bien foutu et j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce roman qui, il y est vrai (et c'était relevé dans plusieurs critiques lues), souffrent d'un peu trop de rebondissement dans ces dernières pages. Mais franchement, en ce qui me concerne, c'est de très bonne tenue. L'histoire est complexe mais passionnante et mêle des événements historiques (ok, peut-être trop effleurés et pas assez traités en profondeur - mais en ce qui me concerne, j'aime autant) et des personnages attachants.

Bref, je vous le recommande vivement ! Quant à moi, j'ai acheté Blanche-Neige doit mourir, la seconde enquête de Bodenstein et Kirchhoff que je me garde précieusement pour cet automne.
source : neleneuhaus.de

Nele Neuhaus (née en 1967 à Münster) a grandi au pied des montagnes du Taunus près de Francfort (lieu des intrigues). Après sa scolarité obligatoire, elle travaille comme secrétaire mais rêve déjà d'être écrivain, puisqu'elle écrit depuis l'enfance. Ses premiers livres sont publiés à compte d'auteur. Elle écrit également des livres pour la jeunesse qui se déroulent dans le monde des chevaux - une des passions de l'auteur.

Commentaires

niki a dit…
je maintiens ce que je déclare régulièrement en consultant ton blog = il est très dur de maintenir la résolution de vider sa pal, sans acheter de nouveaux romans - celui-ci a l'air pas mal du tout, compte tenu de ton enthousiasme
Sandrine a dit…
Eh bien c'est un roman qui est dans ma PAL depuis sa sortie en grand format, ce qui fait déjà un certain temps. Du coup, je me réjouis de le lire.
Dominique a dit…
un roman lu a sa sortie mais jamais chroniqué car je l'ai fait circulé autour de moi et il n'est jamais revenu ! j'avais été assez prise par l'intrigue et la densité du polar, par contre j'ai nettement moins aimé le second de ses romans
ma fille la lit en allemand et il y a encore plusieurs livres non traduits
Cecile a dit…
Je l'ai dans ma PAL ebookienne. Quand je l'ai téléchargé, il y avait un problème qui a été corrigé mais après j'étais passée à une autre envie. Je vais le remettre sur ma tablette :)
Theoma a dit…
Pas convaincue par Blanche-neige... mais je pourrais essayer un second roman de cette auteure.
claudialucia a dit…
Mais la découverte du tatouage laisse comprendre de quoi il s'agit? Cela ne risque-t-il pas de détruire l'intérêt du roman policier?
Lewerentz S a dit…
Claudia: certes le tatouage annonce de suite que le vieil homme était un nazi. Mais il y a beaucoup d'autres rebondissements et l'histoire est plus compliquée.
Gloewen a dit…
Je n'en avais jamais entendu parler mais il faudrait peut-être que je le decouvre... A voir !
Merci pour ta chronique !