Derrière les portes closes - Care Santos


Barcelone, 2010. Alors que l'ancienne demeure familiale du célèbre peintre Amadeo Lax doit être transformée en bibliothèque, une petite chambre secrète est découverte derrière une fresque représentant Teresa, l'épouse du peintre. Et dans la chambre... le cadavre d'une femme. Qui est-ce? Que s'est-il passé dans cette demeure, des années plus tôt ? Selon la version officielle, Teresa se serait enfuit à New York en 1936 avec son amant, propriétaire des grands magasins El Siglo et meilleur ami d'Amadeo. Violeta, la petite-fille de celui-ci, historienne de l'art et spécialiste de l’œuvre de son grand-père, en charge de la supervision des travaux, est bien décidée à le découvrir.

Un bon roman qui mêle habilement fiction et faits historiques, personnages fictifs et d'autres ayant réellement existé. Une "grande fresque familiale" sur plusieurs années qui emporte le lecteur (une fois les cent premières pages dépassées, en ce qui me concerne). J'ai beaucoup aimé l'intertextualité; ici un mélange de prose, de mails, de lettres. Un continuel aller-retour entre présent et passé, entre une Barcelone riche et florissante, et la situation actuelle plus préoccupante. Un intéressant index des personnages à la fin permet d'identifier la réalité de la fiction.

Une belle découverte !

Care Santos (née en 1970) a étudié le droit mais a toujours voulu être écrivain. Une carrière qu'elle débute précocement en obtenant un premier prix à l'âge de 14 ans, et la publication d'un premier recueil de nouvelles à 25 ans. Elle est l'une des auteurs pour la jeunesse les plus appréciées en Espagne et ses romans sont traduits en plusieurs langues.

(éd. Grasset, traduit par Roland Faye, 536 pp., 2013)
photo auteur : site actualidadliteratura.com
photo El Siglo : dejavucollectors.blogspot.com

Commentaires

Manu a dit…
Ce genre de romans peut être passionnant et celui-ci semble l'être. Je n'en avais jamais entendu parler.
Unknown a dit…
mmmm, ça a l'air pas mal du tout, je note donc ;)
mais d'abord un peu de vidage de pal
Lor rouge a dit…
Un petit voyage à Barcelone pour cet été... Tiens, oui, pourquoi pas ;0)