Voyage dans les Alpes, carnet de route - Jemima Morrell



source : site Inntravel

Ce récit de Jemima Morrell (1832-1909) relate le premier voyage organisé par l’Anglais Thomas Cook dans les Alpes savoyardes et suisses en 1863 (en réalité un voyage d’essai pour l’agence). La jeune femme a déjà voyagé (essentiellement dans les îles britanniques) et pour l’occasion, elle forme avec  quelques amis le Junior United Alpine Club. Leur périple au départ de Londres les amènera à d’abord à Dieppe et Paris avant de rallier Genève qui est le vrai début du voyage, puisque de là, ils rejoignent Chamonix. En trois semaines, ils passeront ensuite par la Tête Noire pour atteindre Martigny, puis Sion, Sierre, Leukerbad (Loèche-les-Bains), Kandersteg, Interlaken, Grindelwald, Brienz, Lucerne, Olten, Bienne, Neuchâtel. De là, ils rejoignent Paris pour quelques jours avant de rentrer en Angleterre. 

Durant les dernières vacances de Noël, la RTS La 1re (radio) a diffusé une super série sur les Anglais intitulée Christmas Pudding – pour les amateurs, je ne saurais trop vous recommander de foncer écouter les podcasts des dix épisodes (lien ci-dessous). Une des émissions était consacrée au développement du tourisme pour lequel les Britanniques ont joué un grand rôle, dans la continuité des « grands tours » de l’aristocratie (fin 17e et 18e s.). Et l’émission était construite autour du récit de Jemima Morrell dont le manuscrit a été retrouvé dans les archives de l’agence Cook et publié en 1963 pour le centième anniversaire du premier voyage organisé par Cook en Suisse. 

J’avais un peu peur que le texte soit vieillot mais non ; il est même souvent ironique et amusant. Evidemment, je n’ai pas été insensible à son aspect « la Suisse touristique » au 19e s. Il décrit les mentalités, les conditions de transport (train, diligence, bateau, excursions à pieds) et de logement, l’organisation et le programme chargé – qui a dit que les Asiatiques sont les seuls à voyager « tambour battant » ? C’est aussi un témoignage sur la révolution industrielle, mais aussi les relations humaines, les clichés et quelques préjugés, les joies et les déceptions. 

Jemima Morrell - source : site Inntravel
On sait peu de choses sur Jemima Morrell, si ce n’est qu’elle a grandi avec des valeurs traditionnelles de la bourgeoisie moyenne. Elle est clairement cultivée, aime la poésie, l’histoire, la peinture et l’architecture. Elle est aussi religieuse et ne manque pas d’aller au culte le dimanche. Au sein de son groupe, elle se décrit comme « l’artiste ». En effectuant une petite recherche sur elle sur Internet, j’ai découvert le site d’une agence de voyage anglaise « slow people » qui propose notamment un circuit calqué sur celui qu’elle effectua en Suisse. 

Une jolie découverte. 

Le site de l’agence qui propose de partir sur ses traces : Inntravel
Le lien vers les podcasts de la RTS : Christmas Pudding

(éd. Cabédita, 1995, traduit par P.-E. Dauzat et P. Evans-Clark, 178 pp.)

Commentaires

keisha a dit…
En règle générale, j'adore ces "vieux" récits de voyage! On en apprend autant sur l'auteur que sur le pays traversé.
Lewerentz S a dit…
Keisha : et tu es la spécialiste "es littérature de voyage" sur les blogs ! :-)
niki a dit…
cela pourrait me plaire, je note mais par pour l'immédiat - j'ai encore des récits de voyages d'henry james, edith warthon et d.h. lawrence dans ma pal :)
Lewerentz S a dit…
Niki: quel est le titre du James ? "Heures italiennes" ? "Retour à Florence" ?