Haine - Anne Holt

Anne Holt (source : site de Dagbladet)

Pas facile de résumer ce roman très dense aux intrigues parallèles nombreuses (et aux noms de personnages assez exotiques pour nous ;-) 

La veille de Noël, l’évêque de Bergen, Eva Karin Lysgaard, est retrouvée assassinée dans la rue. Le crime a apparemment était commis vers minuit et ni le mari ni le fils de l’évêque ne peuvent expliquer pourquoi elle était sortie à cette heure. Et le mobile ? Tout le monde l’aimait ; la police aidée de la Kripos (police criminelle nationale), à laquelle appartient Yngvar Stubo, piétine. 

Parallèlement à Oslo, plusieurs meurtres sont commis. Là, l’inspectrice Sorensen découvre bientôt que toutes les victimes étaient liées au milieu homosexuel. 

L’épouse de Stubo, Inger Johanne Vik, criminologue renommée qui prépare une recherche sur la haine, s’inquiète pour sa fille de quatorze ans qui est atteinte d’une forme d’autisme mais possède par ailleurs des capacités assez étonnantes. Elle est inquiète car quelques jours plus tôt, elle a failli être renversée par un tram et depuis, Inger Johanne a l’impression que sa fille est surveillée. Aurait-elle été témoin de quelque chose ? 

Je pourrais aussi vous parler de Markus Koll, riche industriel qui vit avec son ami Rolf et son fils Marcus Jr. dans une luxueuse villa ; de Marianne qui a disparu et que son amie Synnove qui la recherche désespérément. 

Comme je le disais plus haut, les intrigues sont nombreuses, se développent en parallèle pendant presque tout le livre sans que l’on voit trop le lien entre elles si ce n’est le milieu homosexuel. J’ai trouvé dommage qu’elles ne s’entremêlent pas plus vite ; le texte y aurait gagner en rythme, en suspens. L'écriture est agréable mais il m’a fallu arriver au tiers final pour être vraiment prise et intéressée par le roman. Sur 560 pages, ça fait un peu long et beaucoup pour moi. Et j’ai été déçue par la fin que j’ai trouvée bâclée ; non pas dans son intrigue mais en deux coups de cuillère à pot, hop, affaire classée, liquidée, merci, aurevoir. Je suis franchement restée sur ma fin.  

(éd. Le Serpent à Plumes, 2010)

Commentaires

Bonheur du Jour a dit…
Je ne connais pas cet auteur. Mais ce livre me tente bien... Merci.
Lor rouge a dit…
Oh mince, dommage, on me l'a prêté... Et puis un policier scandinave tout ça, ça avait tout pour m'attirer... Mais être ferré à un tier de la fin, c'est vrai que ça fait un peu tard en effet ;0)
Lewerentz S a dit…
Bonheur : bonne lecture et merci du passage !

L'Or : lis-le ! peut-être que tu aimeras. Ici, ce n'est que mon avis... ;-)