Il pleuvait des oiseaux - Jocelyne Saucier



soruce : site Bonjour Québec
Pour un reportage sur des forêts incendiées d’une région québécoise au début du 20e s., une photographe cherche à rencontrer Ted, un vieil homme qui y a survécu, enfant. Il vivrait dans un ermitage reculé, au cœur desdites forêts. Sur place, elle apprend sa mort mais fait la connaissance de Charlie et Tom, deux autres marginaux qui ont tout quitté, changé d’identité, pour vivre à l’écart de la civilisation. Contre toute attente, s’ils sont d’abord méfiants, les deux hommes souhaitent ensuite l’aider dans ses recherches. Une relation qui se transforme en une amitié lorsqu’arrive Marie-Desneige, une octogénaire tante de Bruno, un ami de Tom et Charlie qui connaît leur retraite et les aide. La vieille femme a passé quasiment toute sa vie dans un asile puis une maison de retraite, délaissée et oubliée par toute sa famille. Marie-Desneige et la photographe se lie d’amitié et devient intime avec Charlie. Elle peut enfin vivre une vraie vie. Mais s’ils se sentent menacés, Tom et Charlie, ils n’en font pas mystère, choisiront eux-même quand et comment ils mourront. 

Je n’en dirai pas plus sur l’histoire qui réserve quelques retournements de situation mais est très belle, très touchante. Il y a beaucoup d’émotion, un étrange mélange entre la robustesse, voire la sauvagerie, des hommes, la solidité de la photographe et la douceur de Marie-Desneige. 

Dans son nid douillet, elle l'entend qui tourne et se retourne dans son lit en quête de chaleur. Le froid est à couper au couteau. Le poêle fait ce qu'il peut, mais les nuits de pleine lune sont cruelles. Charlie se lève régulièrement pour ajouter de nouveaux quartiers de bois. Elle sait qu'il ne dormira pas, qu'il veillera toute la nuit sur le feu.
- Allez, viens, il fait chaud ici, tu gèles dans ton lit.
L'invitation est tentante. Il connaît la chaleur enveloppante de la fourrure. Mais dormir aux côtés de Marie-Desneige, dans l'intimité d'une femme, il ne peut pas, son corps refuse, c'est trop d'abandon.
Il se lève pour nourrir le poêle encore une fois et c'est son corps piqué au vif par le froid qui le conduit à la couche de Marie-Desneige.
- Tu vois, ce n'était pas si difficile, dit-elle en lui ouvrant son lit, et il s'étend à ses côtés, le frimas de leur haleine se rejoignant en une petite nuée blanche qui se perd dans la nuit.
Chummy vient les rejoindre. (Il s'agit du chien de Charlie)
Leur première nuit dans le nid de pelleteries. (p. 123) 

Je suis doublement contente d’avoir lu ce roman dans le cadre du mois Québec de Karin et Yueyin, car il m’a permis de découvrir un tout petit bout de littérature québécoise dont, je dois bien l’avouer, je suis quasi totalement ignorante. Je l’ai choisi au hasard sur l’étal des nouveautés de la rentrée et je suis ravie d’avoir eu la main heureuse. 
source : site L'actualité
Jocelyne Saucier (née en 1948) a étudié les sciences politiques et le journalisme. Il pleuvait des oiseaux est son quatrième roman ; il a reçu de nombreux prix.

(éd. Denoël, 2013)

Le billet de Cathulu

Commentaires

Karine:) a dit…
Je suis ravie que tu aies aimé. Pour moi aussi, ce roman a été une très belle découverte!
yueyin a dit…
un livre qui m'a l'air bine tentant :-)
cathulu a dit…
Je sens que ce roman va faire les beaux jours de la blogo, j'en parle demain et je vais mettre ton billet en lien bien sûr !:)
Clara a dit…
Un de mes libraires m'en a dit le plus grand bien !
Lor rouge a dit…
Oui, ça a l'air très sympa... J'aurais bien voulu moi aussi participer à ce mois du Québec, moi qui aime tant le Canada... Mais j'ai déjà tant de lectures prévues et je me suis rendue compte aussi pour toutes lectures obligées me gavent ;0) Bises
Kathel a dit…
Je sens que ce ne sera pas le dernier billet sur ce roman... ça me ferait du bien de m'éloigner de la littérature française, tiens...
Grominou a dit…
J'avais adoré moi aussi, et d'ailleurs si je me souviens bien je l'avais lu pour Québec en septembre 2012! (Au Québec il a été publié il y a un ou deux ans...)
Lewerentz S a dit…
A tous : merci pour vos commentaires enthousiastes ! ça vaut le coup de participer à "Québec en septembre"; je crois n'avoir jamais eu autant de commentaires sur un de mes billets ;-D

L'or : comme toi, je n'aime pas les lectures obligées mais je n'ai pas pris celle-ci comme telle puisque j'ai librement choisi le titre que je voulais lire.
Lor rouge a dit…
Oui, oui j'avais bien compris, (d'ailleurs à lire ton billet on voit très bien que tu es conquise :0) je parlais de moi, quand je m'oblige à faire des lectures durant une période de temps obligé ;0) Tu sais que depuis j'ai eu l'occasion de le feuilleter dans ma librairie et je suis vraiment tentée... Les quelques passages que j'ai lu étaient vraiment prenantes et très belles !!
Bon week end
Sandrine a dit…
Excellent ce mois québécois qui va nous permettre de découvrir plein de bonnes choses !
Lewerentz S a dit…
Sandrine: n'est-ce pas ? En tout cas, je ne peux que vivement te recommander celui-ci.