Le silence des cloîtres - Alicia Giménez Bartlett


Eglise San Pedro de la Rua à Estella (E) - source : wikipédia

Le cadavre d’un moine travaillant à la restauration de la relique d’un saint est retrouvé dans la chapelle d’un couvent de sœurs. Petra Delicado, dont la belle-fille de six ans suit des cours d’instruction religieuse auprès des nonnes, est, à la demande de la supérieure, chargée de l’enquête. Seul indice : un petit carton déposé près du corps et disant « Cherchez-moi là où je ne peux plus être » en lettres gothiques. 

Je peux le dire d’emblée : une belle découverte et une auteur que je relirai. Si l’enquête est finalement assez mince, souffre de trop d’étirements et manque de suspense, le ton du roman m’a beaucoup séduit ! C’est franc, direct, vif et enlevé.  

« Je rejoingnis la supérieure et l’apostrophai de manière passablement ridicule : 
« Vous savez ce que c’est ? Cet homme est mort ! 
- Et pourquoi croyez-vous que je vous ai appelée ? Evidemment qu’il est mort, il a été assassiné !
- Depuis quand êtes-vous au courant ? 
- La sœur qui s’occupe du ménage l’a trouvé à l’aube. 
- Mais vous savez combien de temps s’est écoulé depuis ? 
- Bien sûr, je sais compter aussi bien que vous ! » 
(…) 
Je m’interrompis, exaspérée, et sortis mon téléphone portable. 
« Que faites-vous ? s’enquit la sœur. Si nous avons tant tardé avant d’appeler et que j’ai finalement décidé de vous contacter vous, c’est parce que nous cherchions à rester discrètes. Il s’agit du couvent et nous ne pouvons pas nous permettre d’ébruiter une telle chose. 
- Et qu’est-ce que vous suggérez, qu’on l’enterre dans la crypte et qu’on efface les traces ? 
- Ne dites pas de bêtises et épargnez-moi vos sarcasmes. Ce couvent est sous mon autorité ! Vous avez la moindre idée de qui est cet homme ? C’est le frère Cristobal del Espiritu Santo, un religieux du monastère de Poblet ! Vous voulez déclencher un scandale qui impliquerait deux ordres religieux à la fois ? » 
Je serrai les dents, lui jetai un regard furieux et marmonnai : 
« Vous pouvez bien être la supérieure de ce couvent ou d’une dizaine d’autres et cet homme le pape découpé en morceaux, peu m’importe. Nous vivons dans un pays régi par des lois et personne n’est au-dessus de ces lois. » (…) 
« Mère Guillermina, si vous m’empêchez, ne serait-ce qu’une minute de plus, de faire mon travail ou que vous retardez en quoi que ce soit le bon déroulement de l’enquête, qui aura forcément lieu, je vous jure que je vous embarque pour obstruction à la justice. » (pp. 18-19) 

Et vous ? Connaissez-vous cette auteur ? 

source : site Libros y literatura
 Alicia Giménez Bartlett (née en  1951) a étudié les langues à Valence puis à Barcelone. Son premier roman, Exit, est publié en 1984. Avec le personnage de Petra Delicado, elle rencontre un vif succès et la série a été adaptée à la télévision espagnole. Elle a également publié plusieurs romans non pliciers et des essais, et a reçu plusieurs prix. 

(éd. Rivages, traduit de l’espagnol par Olivier hamilton et Johanna Dautzenberg, 412 p., 2012)

Commentaires

Yspaddaden a dit…
J'ai lu les deux premiers titres de cette série que je continuerai. L'enquête elle-même est toujours assez mince : le vrai plaisir est ailleurs ;-)
Kathel a dit…
Je ne connais toujours pas cette auteure, bien que l'ayant notée... Il va falloir remédier à cela !
niki a dit…
je ne connais pas du tout, et j'accroche assez mal à la littérature hispanique - mais celle-ci n'a certes pas dit son dernier mot en ce qui me concerne - merci de me faire découvrir d'autres horizons
Lewerentz S a dit…
Ys: merci de m'avertir concernant les enquêtes, ça m'évitera la déception.

Kathel: bonne lecture si tu tentes !

Niki: je connais très mal la littérature espagnole et pour tout dire, j'en lis rarement et ne suis même pas sûre que j'aurais essayé s'il n'avait s'agit d'un roman policier. Mais bonne pioche ici ;-)