Bernadette a disparu - Maria Semple

Bernadette Fox a été une brillante et prometteuse architecte une vingtaine d’années plus tôt, mais ne pratique plus depuis l’arrêt d’un de ses projets et son départ pour Seattle avec son mari Elgin, brillant chef de projet chez Microsoft, et leur fille Bee, quinze ans, collégienne surdouée qui a deux rêves : être interne dans un lycée de la côte est des Etats-Unis, et faire un voyage en Antarctique avec ses parents. Cette croisière, ses parents la lui avaient promis si son bulletin scolaire était bon (oui, je sais, ils sont tous brillants, dans cette famille ;-). 

Devant le fait accompli, Bernadette commence a organiser l’expédition de chez elle. Il faut dire qu’elle est devenue angoissée, asociale et associable. Agoraphobe et hypocondriaque, parano, elle ne sort pratiquement jamais de chez elle et délègue toutes ses tâches ménagères et financières à une assistante virtuelle basée en Inde. Elgin est très occupé à son travail mais lorsqu’il apprend un accident survenu chez sa voisine et dont sa femme est responsable, il commence à comprendre que Bernadette est en train de perdre la tête et souhaite la placer dans une institution de repos pour quelques temps. Mais Bernadette réussit à s’enfuir et part faire la croisière qu’elle redoutait tant et disparaît - aucune trace d'elle au retour du paquebot. Bee ne veut croire que sa mère est décédée et part à sa recherche, rassemblant peu à peu les pièces de la vie de sa mère à la fois névrosée et géniale. 

Ce roman est une bombe ! Un concentré d’énergie, de rythme, d’humour, de satire ; j’ai beaucoup aimé ! Il mélange lettres, e-mails, extraits de rapports médicaux, compte-rendu de conférence (d’Elgin), et récit de Bee qui condense et rassemble le tout. Au début, j’avais un peu peur de m’y perdre mais c’est tellement drôle, décapant et enlevé que je n’arrivais plus à lâcher le roman ! (j’avoue quand même être rapidement passée sur certaines pages en rapport avec l'architecture). Les personnages oscillent entre dingos, farfelus et touchants, c’est parfait. 

Vivement recommandé ! 

Extrait :  

« De : Bernadette Fox 
A : Manjula Kapoor (il s’agit de l’assistante virtuelle)  

Il y a un an que je n’étais pas descendue en ville. Je me suis tout de suite souvenue pourquoi : le stationnement payant. 
 Non seulement il faut réussir à trouver une place (bonne chance !), se garer en épi en marche arrière (celui qui a inventé cette technique devrait être jeté en prison), trouver un horodateur qui n’est pas assiégé par un cercle aussi menaçant que répugnant de mendiants/clochards/drogués/zonards, ce qui vous oblige à traverser la rue, or vous avez oublié votre parapluie (c’est encore une fois vos cheveux qui trinquent, mais bon, comme vous avez arrêté de vous préoccuper de votre coiffure vers la fin du siècle dernier, c’est le cadet de vos soucis), ensuite vous glissez votre carte bancaire dans la machine (c’est un petit miracle si vous réussissez à en trouver une qui n’a pas été bouchée à l’époxy par quelque mécontent malintentionné), vous retournez à votre voiture (en repassant devant la horde susmentionnée, qui vous interpelle parce que vous ne leur avez pas donné la pièce en arrivant – et, oh, j’ai oublié de dire qu’ils sont tous flanqués de chiens galeux !), vous déposez le ticket à la bonne place (faut-il le mettre côté passager, à cause de la règle de l’épi en marche arrière, ou du côté du conducteur ? Je lirais bien la note inscrite au revers du ticket de stationnement, seulement je ne peux pas, car FRANCHEMENT QUI EMPORTE SES LUNETTES POUR VOIR DE PRES POUR SE GARER ?) et, pour couronner le tout, vous priez le dieu auquel vous ne croyez pas d’avoir encore la capacité mentale de vous souvenir de la raison pour laquelle vous êtes descendue en ville en premier lieu. 
 A ce stade, je regrettais déjà qu’un terroriste tchétchène ne puisse me tirer une balle dans le dos. » (pp. 77-78)


Maria Semple (née en 1964) est une romancière et scénariste américaine. Diplômée de Barnard College (Columbia University), elle travaille comme journaliste puis comme scénariste (entre autres "Mad about you"). Bernadette a disparu est son second roman. Je vous recommande vivement d'aller voir son site qui est à l'image de son livre : excellent !

(éd. Plon, 2013 - titre original : Where'd you go, Bernadette, 2012)
(photo auteure : site web de la North country public radio)  

Commentaires

J'ai beaucoup entendu parler de ce livre, sans pour autant me sentir attirée, pourtant tu as l'air très enthousiaste !! Bon, vu le nombres de livres que j'ai envie de lire dans les semaines à venir il attendra bien une sortie en poche... Bon week end Lewerentz
keisha a dit…
Toi aussi tu as craqué pour cette Bernadette! Ah ça pétille!
cathulu a dit…
Décidément, nous avons beaucoup de lectures et de coups de coeur communs !:)
Kathel a dit…
je viens de le finir et j'ai beaucoup aimé aussi !
lewerentz a dit…
L'or : on ne peut pas tout lire, c'est sûr ;-)
Keisha : ça pétille ! c'est exactement le mot ! Bravo pour ton billet !
Cathulu : oui, décidément ! Bravo à toi aussi pour ton billet.
Kathel : je ne manquerai pas de venir lire ton billet !
Merci à toutes pour votre passage
Un autre endroit a dit…
Il est noté aussi celui- là !
lewerentz a dit…
Un autre endroit : bonjour et merci de votre passage ici. Bonne lecture avec "Bernadette"; je viendrai lire votre billet.