Le meilleur de nos fils - Donna Leon

-->
Un élève d’une académie militaire est retrouvé pendu dans les vestiaires. Brunetti, chargé de l’enquête, ne croit pas au suicide. Il faut dire que le garçon est le fils d’un ancien député qui avait publié un rapport dénonçant le système de santé vénitien, rapport qui lui avait valu des menaces et mené à sa démission. De plus, son épouse, dont il vit séparé, a été victime d'un accident de chasse à la même période. Beaucoup de "coïncidences" pour le héros de Donna Leon. 

Ce n’est que le second roman de D. Leon que je lis (après Mort à la Fenice) mais ce fut un plaisir. L’intrigue est bien menée, même si les choses se déroulent assez lentement et sans beaucoup d’action. Pas très sexy ? Peut-être, mais il y a un je-ne-sais-quoi qui fait continuer la lecture, une ambiance qui donne envie de foncer quelques jours à Venise, des personnages attachants (Brunetti et sa famille, la secrétaire de la questure), des couleurs et odeurs que l’on arrive très bien à imaginer, un mélange d’amour pour Venise et de dénonciation de magouilles à l’italienne. L’atmosphère du roman est toutefois sombre et la fin ne se termine pas comme on pourrait si attendre (l’énigme est résolue mais…).

Bref, un bon moment de lecture !


Donna Leon (née en 1942) est Américaine et vit depuis le début des années 80 à Venise. Détail amusant, ses livres sont traduits en plusieurs langues mais pas en italien, car elle tient à son anonymat. 

(éd. Calmann-Levy, 2006)
(photo auteur : site Le Figaro)

Commentaires

niki a dit…
j'ai déjà lu plusieurs romans de cette série que j'apprécie beaucoup
maggie a dit…
Je ne connais pas encore l'inspecteur Brunetti ! Mais je note, j'aime bien els polars et pas forcément ceux où il y a beaucoup d'actions : les atmosphères sombres et les fins surprenantes me suffisent !!!
claudialucia a dit…
Oui, c'est l'ambiance qui compte dans les romans de Donna Leon.. et puis , bien sûr, Venise!
Golovine a dit…
Merci pour cette chronique lewerentz. J'aimerais peut-être le capitaine Brunetti, mais en ce moment, je suis amoureuse d'un autre commissaire dont ( ... damned ...) je n'arrive plus à me rappeler le nom mais qui le héros de certains des romans de Henning Mankel. Quand ça me passerai, peut-être m'intéresserai-je au capitaine Brunetti. Ces temps, je lis, avec beaucoup de plaisir il faut le dire, de nombreux romans policiers ! Amitiés à toi lewerentz et à nos amis et amies lecteurs et lectrices. Golovine
keisha a dit…
Oh j'en ai lu beaucoup, et avec plaisir, de ses romans policiers, mais pas que policiers. c'est souvent bien pessimiste, mais j'adore Brunetti, et quand je lis ces livres, je marche avec lui dans Venise, que j'ai la chance d'avoir visité;
miriam a dit…
je suis fan! une façon de se promener dans Venise en découvrant toutes les facettes de la Spérénissime (même celles qui ne sont pas brillantes) mais toujours avec sympathie