Je suis déjà venue ici - Koike Mariko



Je ne connaissais pas du tout cette auteur Japonaise ; la couverture me plaisait beaucoup et lorsque j’ai vu qu’il s’agissait de nouvelles, je n’ai guère hésité et je m’en félicite, car c’est une belle découverte.

Le recueil comprend onze nouvelles, toute en rapport avec les sentiments amoureux, l’adultère, la sexualité (libérée), la famille et le mariage, la vie, la morale, le Japon contemporain. Chaque nouvelle met en lumière quelques moments de la vie d’un homme et d’une femme, souvent des amants, avec toujours cette touche si particulière et poétique propre aux auteurs japonais. Les personnages n’ont pas de nom (l’auteur emploie toujours les pronoms « elle » et « il/lui »), certains ré-apparaissent en silhouette dans une autre nouvelle. Les phrases sont courtes, c’est calme, parfois mystérieux, envoûtant, doux, émouvant. Moi, en tout cas, j’ai pleinement adhéré !

Quelques résumés:
- un couple adultère se rend sur la tombe des ancêtres de l’homme ; sa maîtresse y éprouve la sensation d’être déjà venue là, dans une autre vie;
- un homme séquestre une femme dont le visage est laid mais la voix envoûtant, aphrodisiaque ;
- une jeune femme dont l’amant est décédé dans un accident, retourne quelques temps se reposer dans l’auberge de montagne de son père. Elle fait la connaissance de son demi-frère, une jeune adolescent.

Koike Mariko est née en 1952 et a écrit plusieurs romans à suspense psychologique qui ont obtenu plusieurs prix.

(éd. Philippe Picquier, 2011 pour l’édition de poche)
(photo couverture :  site Amazon)

Commentaires

Mango a dit…
La couverture me plaît beaucoup aussi. Dommage pour moi que ce soit des nouvelles! Je suis trop souvent déçue.
claudialucia a dit…
C'est vrai que la couverture est très belle et les récits ont l'air intéressant d'après ton billet. Et puis découvrir un écrivain japonais me tente bien. Je suis un peu comme Mango, les nouvelles me font un peu peur parce que c'est un genre très difficile pour que ce soit vraiment bon!
lewerentz a dit…
Mango et Claudia : je sais que tout le monde n'aime pas lire des nouvelles, mais celles-ci n'ont pas des ce que j'appelle des "fins abruptes au bout desquelles on a l'impression de s'être fait avoir". Toutefois, il faut savoir qu'elles sont assez courtes (20 pages en moyenne).