Le poids des secrets - Aki Shimazaki

Cette pentalogie a déjà été abondamment commentée sur les blogs, notamment chez Chaplum' qui a achevé de me convaincre de la lire.

J’y ai trouvé tout ce que j’admire chez les auteurs japonais, un mélange de concision et de sobriété, de douceur, de poésie, et un grand pouvoir évocateur. J’ai presque envie de parler "d’orfèvrerie". Une série qui conjugue de manière superbe l’Histoire, les sentiments, l’émotion et la tendresse, des personnages attachants, les us et coutumes nippones (hiérarchie, tabous, etc.), et une histoire superbe même si elle est parfois douloureuse et cruelle. Chaque volume raconte l’histoire selon un autre point de vue, tout en la complétant.

Chaque volume a pour titre le nom japonais d’une fleur ou d’un élément du monde végétal.

A découvrir absolument !

Tsubaki (tome 1) - camélia
A la mort de sa mère, Yukiko découvre une partie de la vie de celle-ci, survivante non seulement du tremblement de terre du Kanto mais aussi de la bombe atomique. En parallèle, elle se remémore ses souvenirs d’enfance, d’adolescence à Tokyo puis Nagasaki.

Hamaguri (tome 2) - palourde
Dans son enfance, Yukiko s’est lié d’amitié avec Yukio, un petit voisin. Ils ont scellé un pacte d’amour en inscrivant leurs noms dans des palourdes. Plus tard, adolescents, ils se retrouvent à Nagasaki mais ne se reconnaissent pas. Toutefois, leurs sentiments se ré-affirment. La mère de Yukio, avant de mourir, cherche à lui révéler ses vrais liens à Yukiko en ressortant les coquillages qu’elle avait précieusement gardé durant toutes ces années.

Tsubame (tome 3) - hirondelle
Après le tremblement de terre du Kanto, pour survivre, la Coréenne Yonhi est devenue la Japonaise Mariko. Un changement d'identité que même ses proches ignorent. Elle-même n’apprend qu’à sa mort le secret de sa naissance.

Wasurenagusa (tome 4) - myosotis
Mariko vit seule avec son fils Yukio, dont le père est marié à une autre femme. Au monastère où elle travaille comme couturière, elle rencontre M. Takahashi qui tombe amoureux d’elle. Celui-ci est divorcé de sa première femme et fils unique d’une lignée importante. Ses parents refusent Mariko comme belle-fille, car ses origines sont douteuses. Pourtant, M. Takahashi l’épouse. Presque cinquante ans plus tard, il recherche sa nurse Sono et découvre non seulement le secret de ses origines mais aussi le malheur qui avait frappé ses parents.

Hotaru (tome 5) - luciole
Tsubaki, fille de Yukio et étudiante en archéologie, rend visite à sa grand-mère Mariko. Celle-ci lui révèlera un secret qu’elle n’aura même pas osé révélé à son mari, M. Takahashi.



Aki Shimazaki (1954) est née et a grandi au Japon mais vit au Canada depuis 1981 où elle travaille comme traductrice et enseignante de japonais. Elle écrit directement en français

(éd. Babel/Actes Sud, 2005-2009)
(photo auteure : lalitteraturejaponaise.com)

Commentaires

Karine:) a dit…
Rien à ajouter, je suis tout à fait d'accord avec toi. Une superbe série (il me reste le 5e à découvrir) que j'ai adorée.
niki a dit…
c'est une lecture que j'ai hâte de découvrir également
Anna a dit…
J'adore ces courts romans. Du même auteur, il y a aussi : "Mitsuba" et "Zakuro";
lewerentz a dit…
Anna: "Mitsuba" est le 1er livre que j'ai lu de cette auteure et je l'avais adoré aussi ;-)

Karine: le dernier n'est pas mon favori mais clos l'ensemble de bien belle manière.

Niki: c'est un pur bijou !!
Dominique a dit…
Un très bon souvenir de lecture, beaucoup de poésie et d'émotion
Une belle réussite
Mango a dit…
Je me réjouis d'avoir encore toute cette série à lire!Je n'en entends que du bien!
Manu a dit…
Tu as été plus rapide que moi. Il m'en reste deux à lire !
Je suis contente de t'avoir donné l'envie de lire la série :-)
Golovine a dit…
Voilà exactement ce que je vais m'offrir pour mon petit Noël personnel ... Excellent billet cher Lewerentz. Amitiés.
Bien longtemps que cette série me tente... Peut-être quand j'en trouverais le temps...
Bonne soirée
Anonyme a dit…
SHIMAZAKI EST GENIALE .IL FAUT LIRE TOUS CES LIVRES.
Nico a dit…
J'avais beaucoup aimé le premier épisode, moins le deuxième, qui m'avait refroidi. Il faudra que je retente avec le troisième.
lewerentz a dit…
Nico: bonjour et merci de ton passage. J'aime beaucoup la littérature japonaise mais au début, lorsque j'avais lu que le roman était en lien avec la guerre, la fuite de Coréens au Japon, etc., je ne voulais pas les lire, sûre que ça ne me plairait pas. Et finalement... bon, c'est génial ! Essaies le 3 !